La bulle de Lili

Le rempart

Hier, un appel de mon père.
Mon père chez qui j’ai passé une semaine en convalescence cet été - chose improbable, et pourtant.
Mon père qui m’appelle pour me rappeler qu’ils sont là le weekend prochain et qu’il m’invite au resto avec le fils de ma belle-mère.
Chouette, lui dis-je, mais j’ai les petits, tu te souviens ?
Lui : bah tu les fais garder ! Ca sera trop compliqué au resto avec eux, franchement.
Mokay.
Donc je me dis que je vais les faire garder par la mère de Mat. Et pourtant, je n’arrive pas à l’appeler pour lui en parler.
En fin d’après-midi, je me dis : en fait j’ai pas envie de les faire garder.
Je les ai la moitié du temps. Je les fais déjà assez garder comme ça, tout le temps. J’avais dit que je voulais plus faire ça.
Je veux passer du temps avec eux, je veux les voir grandir. Les entendre éclater de rire. Traîner avec eux devant un dessin animé, râler parce qu’ils ne rangent pas leurs jouets.
Je l’appelle pour le lui dire, il me répond : c’est dommage que tu trouves personne !
Moi : c’est pas que je peux pas, c’est que je veux pas. Je les veux avec moi.
Lui : oui, bon, le soir, ils dorment, hein...
Moi : bah quand même.
Non, ça me va pas de les faire garder un samedi soir pour faire un resto avec toi, même si le resto est méga sympa (merci qui, merci Lili) et que la dernière fois on s’est régalés. Moi je veux rester avec mes enfants.
Et même plus que ça, en fait. Je veux les protéger.
Je ne comprends pas que tu ne veuilles pas les voir. OK, peur du Covid, tout ça. Mais bordel, tes petits-enfants sont exceptionnels. Ils sont mes deux principales raisons de vivre et de sourire. (J’en ai d’autres, hein, mais si je les avais pas eux, ça serait terne, quand même). Pourquoi tu n’as pas envie de les connaître plus ? Pourquoi ce désintérêt tel ? Parce qu’ils crient parce qu’ils parlent parce qu’ils demandent de l’attention ? Bah moi je préfère me tourner vers eux, vers leur innocence et leur fraicheur, avoir le sourire et le cœur rempli, que de les faire garder et de tenter de leur expliquer que c’est parce que leur grand-père n’a pas envie de les supporter une soirée au resto.
Ça me fend un peu le cœur, tout ça. Mais si je dois choisir, je les choisis eux. J’ai comme l’impression de faire rempart entre eux et toi. Je ne veux pas qu’ils voient ta dureté, je ne veux même pas qu’ils soient au courant de ce choix que tu me fais faire. Ils n’ont rien à voir dans cette histoire. Et me prendre moi, c’est les prendre eux, point.