La bulle de Lili

Le manque

Ca ne m’était pas arrivé depuis longtemps, je crois, cette sensation. Ce manque. Ce manque de lui.
J’ai passé trois jours chez lui cette semaine. Ce qui me frappe dans cette relation, c’est sa simplicité. On partage des moments simples, et on en est heureux. On n’a pas envie de se prouver dix mille choses, on est juste bien ensemble, à partager du quotidien. A se faire à manger, à discuter, à dire des conneries, à aller se balader, à faire l’amour inlassablement.
A dormir ensemble, dans les bras l’un de l’autre. Et lui qui, quand il me sent bouger dans le lit, m’embrasse l’épaule avant de se rendormir.
C’est beau et c’est tellement simple.
Depuis que je suis rentrée chez moi, il me manque.
C’est diffus comme sensation.
Il me manque dans mon lit, pour m’endormir.
Ses bras me manquent, son sourire me manque, j’ai envie de partager encore avec lui. Qu’il soit là et qu’on se dise : tiens, viens, on prend un pique-nique, on va au bord de la mer.
Ça me laisse perplexe parce que je n’ai pas l’impression d’avoir ressenti ça depuis longtemps. Et même jusqu’à présent, avec lui, en rentrant chez moi, j’avais eu assez de lui, j’étais bien seule, je pouvais reprendre ma vie. Cette sensation de ne pas avoir eu assez de lui est assez nouvelle, en fait. J’ai envie de le présenter à mes amis. Ça aussi, c’est nouveau.
Bref, il me manque, je suis bien avec lui. Je crois que je l’aime.