La bulle de Lili

La douceur

Et donc je suis là, dans ma nouvelle maison, sur une de mes chaises jaunes que j’adore. Sur ce plan de travail que j’ai fait faire sur mesure.
A ma gauche, ce salon, avec les pierres apparentes, le lecteur CD qui diffuse une musique tout droit issue d’un CD que j’ai retrouvé : "Joyeux anniversaire, 16 ans déjà !!" fait par des copains de lycée. A chaque chanson qui commence, je rigole. Et je ne veux pas compter le nombre d’années qui me séparent d’aujourd’hui.
Ce lecteur CD, L* l’a découvert la semaine dernière et s’est instauré DJ. Sa chanson préférée (je ne savais même pas que je l’avais) : le lundi au soleil. Je pense qu’on a dû l’écouter au moins trente fois en deux jours. Comble de la surexcitation lundi matin : on ETAIT VRAIMENT lundi. Ils la connaissent par cœur. Doux souvenir que de voir mes deux têtes blondes, au petit déjeuner, danser et chanter sur cette chanson intemporelle mais tellement kitsch.
Devant moi, ce tableau que j’adore, peint par mon parrain chéri, disparu de la circulation il ya quelques années. J’aime ses couleurs, j’aime sa vivacité. Je pense que ce tableau, c’est moi.
Et à droite, ma jolie cuisine, toute noire, kitsch aussi, si tu veux, mais que veux-tu, je l’aime.
Tiens, j’entends Antoine se lever. Il a dormi dans la chambre de L*, je ne sais pas à quelle heure il est rentré.
Hier on est partis faire une rando. Le genre de truc que j’aime. Il y avait Cynthia, Antoine, qui à la base ne se connaissaient que via moi et Charlène ; j’ai ramené Edwige du roller ; et il y avait Paul, un futur moniteur de rando, ami de Cynthia, qui nous a guidés. Hé ben c’était super sympa. On a passé l’aprem à rigoler. Une belle rando, de beaux points de vue, une très bonne ambiance entre nous, pas de vent, et on était en pull au soleil : que du bonheur.
Hier soir j’ai décidé de ne pas sortir. Nouveauté pour moi, mais j’ai vraiment ressenti le besoin d’un temps pour moi, toute seule. Cynthia et Antoine sont allés au resto, je lui ai laissé les clés "au cas où". Bon. Il a pas chopé, quoi.
Et donc là je me réveille, je lis, je bois un thé, je fais un drive pour le retour des petits, et je prends une place pour un concert que j’adore au mois de juillet.
Cet aprem les copines du roller viennent s’entrainer devant chez moi.
Doux dimanche. Doux weekend.