La bulle de Lili

Extraordinaire

La semaine dernière, mes frères sont venus, pour prendre ce qui les intéressait dans la maison.
Ce que je retiens du weekend c’est la distance que j’ai prise par rapport à eux et à leurs jugements, leur manière de voir les choses.
Je retiens aussi le pétage de câble du vendredi soir, quand je leur ai hurlé dessus pendant vingt minutes, hors de moi, pour une broutille, mais une broutille qui a fait ressortir 30 ans de colère et de non-dits.
Je retiens le soulagement de les voir partir et la liberté ressentie, me faisant penser que ça y est, je vais enfin pouvoir vivre ma vie comme moi je l’entends.
Et surtout, ce que je vois suite à ce weekend où j’ai perdu beaucoup d’illusions, c’est à quel point je suis entourée. Mes amis forment un cercle autour de moi, tellement soudé, tellement bienveillant. J’en ai limite les larmes aux yeux, tu sais. Là où j’ai toujours cru que j’étais une enfant égoïste, capricieuse, qui n’en fait qu’à sa tête, mes amis me montrent que je suis une femme courageuse, souriante, positive, tellement pleine d’énergie, intéressante. Et pour une fois j’ai décidé de les croire eux, et non pas mes frères et leurs croyances limitantes. Je les aime tellement, je suis tellement heureuse de les avoir dans ma vie. Et je me dis que pour qu’ils soient aussi extraordinaires, c’est que quelque part, je le suis aussi. Et je l’accepte, avec joie.