La bulle de Lili

Ces moments-là

Je crois qu’en fait, j’aimerais passer des weekends comme ça avec mes enfants tout le temps.
Je crois que mes moments préférés, c’est quand je les trimballe, à la campagne, ou en bord de mer, et qu’on se pose, et qu’on passe la journée à manger, boire, discuter avec des copains, et où on se laisse chacun notre liberté.
Samedi, je les ai emmenés dans un ancien prieuré pour une fête des brasseurs locaux. Organisée par des amis qu’ils connaissent et dont ils connaissent les enfants, avec d’autres amis venus avec leurs enfants. Ils ont râlé pour y aller. On aime pas les moules-frites. On a pas envie d’y aller.
Il y a eu trente minutes, peut-être, un peu relou, où il y avait du monde, on devait commander à manger, à boire, les enfants étaient impatients.
Et puis...
et puis on s’est posés à table, deux adultes, quatre enfants, on a pris deux bières artisanales, des barquettes de frites, des moules. On a discuté tous ensemble, et les enfants sont sortis de table pour aller jouer.
Ils étaient libres, là-bas, je ne les ai surveillés à aucun moment, j’étais en totale confiance. Une dizaine de gamins, la campagne, pas de voiture qui passe, tout le monde qui se connaît. Ils revenaient de temps en temps pour avoir de l’eau, réclamer une pièce pour aller s’acheter un dessert, ou simplement faire un bisou.
Et nous, on était là, avec J*, posés, à discuter, goûter la bière, puis le café et le moelleux au chocolat, discuter aussi avec d’autres gens autour, au soleil, avec du jazz en fond sonore, et la montagne, qui se découpe, là, derrière nous.
Je voyais les enfants, un peu plus bas, devant le prieuré, qui essayaient les vélos d’autres enfants, qui se reposaient sur des couvertures, qui jouaient, qui grimpaient sur les rochers. Je les voyais se débrouiller, interagir, expérimenter leur liberté. Et j’ai aimé ça.
J’avais ressenti ça lors d’une journée à la plage, en septembre. On y est allés avec trois sandwiches, des chips, et nos serviettes. Et on a passé la journée à se baigner, grignoter, discuter entre adultes, et voir les enfants interagir entre eux, aller se baigner, découvrir les poissons dans la mer avec leurs masques, grimper sur les rochers, construire des piscines, des abris,...
Que c’est bon, ces moments. Que je suis heureuse de pouvoir les vivre avec eux.