La bulle de Lili

← Retour au journal

mai 2016

La petite voix

Comment écrire ce que je ressens ? Dans mes derniers écrits j'ai dit que j'avais l'impression d'avoir 20 ans de nouveau. Et c'est vrai : dans les bons côtés mais aussi dans les mauvais. Dix jours ont passé. Pendant une semaine je suis rentrée dans mes montagnes avec mes petits loups. Voyage sympa, où j'ai vraiment essayé au maximum de ne pas me fâcher contre eux, de ne pas crier, d'être là, de les comprendre au mieux, d'être une équipe tous les trois. On va dire que j'ai réussi dans 80% des cas. On a passé une très bonne semaine, ponctuée de visites chez des copines, de (...)

Le côté sombre

C'est fou, hein ? C'est fou comme j'aimerais me le sortir de la tête mais que sans que je sache pourquoi je suis toujours attirée par le côté sombre. Celui qui va me faire fouiner sur les forums de nanas qui ont un cancer, qui s'en sortent pas, qui sont métastasées. Et toujours cette même conclusion : pourquoi moi je m'en serais sortie ? Ca va forcément me retomber sur le coin de la gueule. Avec l'envie irrépressible d'appeler mon oncologue pour lui dire de me faire passer un Petscan tout de suite. Mais bon, je connais sa réponse : ARRETE, LILI. Ce petit truc qui reste en moi, je (...)

Des choses aussi différentes

Quand je regarde L*, je sais qu'il est une partie de moi. A la minute où il est né, j'ai reconnu ses grands yeux bleus, sa tache de naissance sur le front (la même que mes frères, mes neveux et moi), sa bouche, son prénom, j'ai tout su de lui. Il est une partie de moi, une partie de son père, et je nous reconnais alternativement dans ses gestes. Tout ce qu'il fait me semble normal, même si je suis souvent surprise de l'entendre dire certaines choses ou de le voir faire d'autres choses : il grandit trop vite. Quand je vois ses grains de beauté sortir l'un après l'autre, je suis (...)

On en est là

Je viens de lui laisser un message sur son répondeur, d'un ton neutre : "Oui, c'est moi, tu peux me rappeler s'il te plaît ? Merci." Je raccroche et je me dis : c'est quand même fou d'en arriver là. D'en arriver à un ton neutre comme ça, alors qu'à un moment donné, il était tout pour moi et j'étais tout pour lui. D'en arriver à jeter un oeil sur le téléphone et se dire "pf, pas envie de lui répondre", alors qu'il fut un temps où on s'est échangés les alliances et on s'est promis qu'on s'aimerait pour la vie. Des fois je vois ce fossé, et je me dis : mais comment on en est (...)

Ca me chamboule

Je ne sais pas ce qu'il se passe avec lui, mais comme toujours, j'en suis la première étonnée. J'ai revu B. Après m'être fait larguer en mode "on tourne en rond" (= je ne veux pas d'une vraie relation), je m'étais dit qu'il avait bien raison, que de toute manière je ne me vois pas avec un mec comme ça. J'avais renvoyé un message en lui disant que j'étais ok pour un plan d'une nuit, ce à quoi il m'avait répondu qu'on s'était mal compris. Moi, vexée, mais pas pour si longtemps que ça. Et puis dimanche, je lui envoie un texto pour prendre des nouvelles d'un truc important qui (...)

Raaah...

J'avais écrit un truc trop bien sur le moment présent, le moment où j'avais appris que mon vol pour Londres avait été annulé, et puis pfiout, j'ai appuyé sur je sais pas quoi et c'est tout parti. Et j'ai pas le courage de le réécrire. Bon, à Londres, il n'y a sûrement pas ce soleil de toute façon... (...)

Je sors

Et puis tu vois hier soir j'ai passé une bonne soirée. Recontacté Pat, avec qui j'avais fait une sortie "mamans avec enfants", qui passe me prendre, et on file en bord de mer pour un apéro. On devait être une vingtaine, et j'ai sympathisé avec deux autres nanas, avec qui on a passé la soirée à rigoler et à danser. Rentrée à minuit, ça fait du bien aussi de ne pas rentrer trop tard. J'ai l'impression de sortir beaucoup plus que quand j'étais étudiante. Quand je n'ai pas les enfants, je passe cinq jours à sortir, toujours avec des gens différents. Là encore, ça a été le cas (...)

Ambivalence

Je te jure, il me met dans un état lamentable. J'étais pourtant bien partie, je l'ai vu jeudi soir, je l'ai revu dimanche soir. Entre temps je suis sortie, j'ai fait la fête, je me suis amusée, j'ai rencontré plein de nouvelles personnes. Vendredi soir, soirée entre filles, je retrouve ma copine que je vais surnommer Lil, car elle a le même prénom que moi. B*, qui l'a déjà croisée, arrête pas de me parler d'un plan à trois avec elle, "tu comprends, comme ça, je me tromperai pas de prénom". Bon. Je veux bien rigoler avec ça, mais au bout d'un moment, ça me soule. Alors j'en (...)

Weekend dernier

C'était bien, le weekend dernier. Partis sous le soleil, arrivés 2 heures après devant cette grande maison. Océane, son mari et ses enfants viennent juste d'arriver. On récupère les clés, on se met dans le jardin le temps de faire l'état des lieux, on se fait dévorer par les moustiques. Et puis on s'occupe des petits, on les couche, on s'installe, on prépare des mojitos. On sort les tartes, le gazpacho, les autres arrivent, petit à petit. Au final, on était huit adultes et quatre enfants. Les mojitos nous font de l'effet, on rit, on raconte des conneries, je pars me coucher à (...)