La bulle de Lili

← Retour au journal

avril 2016

Poisson d'avril

J'ai commencé avril avec une angine carabinée, puis par une conjonctivite. Aujourd'hui, c'est ma fille qui a chopé mon angine, ce pour quoi je n'ai encore pas travaillé aujourd'hui. L'impression d'une grosse farce, tout ça ! Soit dit en passant, au niveau symbolique, déclarer une angine ( = avoir du mal à digérer quelque chose) et une conjonctivite (être en colère par rapport à une situation, ne pas vouloir voir quelque chose) juste après avoir signé les papiers de la succession de ma mère chez le notaire, je trouve ça très fort. M'enfin. Hier j'ai revu Jo. On devait se faire (...)

L'attention

Je ne sais pas trop quoi écrire. Je continue sur ma lancée de "je vais bien tout va bien". Hier j'ai revu Jo. C'était... parfait. Je me sens tellement bien dans ses bras, il est tellement attentionné... Ca me fait un peu peur, j'avoue. Je n'ai pas envie d'aller trop vite, là ça va à vitesse grand V. Lui, il est juste là, content d'être avec moi, prêt à être disponible quand je veux. Juste heureux. Juste là. J'ai l'impression que ça ne va pas plus loin, c'est comme ça qu'il fonctionne. Moi... Moi j'ai envie de sortir, de profiter, j'ai aussi envie d'être dans ses bras, rien (...)

La ressemblance

Alors voilà, j'ai passé mes cinq jours avec lui. Dont une grosse balade ce weekend qui me fait encore mal aux mollets, et plein de jolis moments, de découverte de l'autre. De moments passés, aussi, où je me dis que j'aimerais être un peu plus libre, et que je dois aborder ce point-là avec lui. Et puis ce matin, sous la douche, je le vois de dos, et là, ça me frappe, ma petite voix me dit : on dirait Mat. Et à partir de là, vertige, prise de distance et, disons-le, panique. Je sais que ça n'est pas le même homme. Je sais que ça n'est pas la même histoire. Mais j'ai eu besoin de (...)

Reculer tout aussi vite

Bon, ben j'ai fini par rompre avec celui-là aussi. J'ai l'impression d'être de nouveau dans la vingtaine, à foncer tête baissée puis à reculer tout aussi vite. Des petites choses qui m'ont mis la puce à l'oreille, une grosse ressemblance avec Mat, autant physique que relationnelle, et un message "mielleux" de trop, j'ai décidé de rompre. De reprendre ma liberté, parce que clairement, je me sentais emprisonnée dans ce truc. Je ne veux plus d'un mec qui me regarde en adoration. Je veux un mec qui soit mon égal, que je puisse admirer moi aussi. Un mec que je trouve beau, intelligent, (...)

Hakuna matata

Il y a des petits moments que j'aimerais pouvoir revoir indéfiniment, qui m'ont juste rendue heureuse sur le moment. Tout à l'heure, sur le sable avec les enfants, pique-nique. A. n'arrête pas de répéter "Hakou matata". Ils ont vu le Roi Lion chez leur père. L. la reprend sans cesse : "non, A., c'est HakuNA matata". "Hakou matata". Et L. de me dire : "tu sais, Hakuna matata, ça veut dire 'sans soucis'". Alors je chante. Ce mot signifie que tu vivras ta viiiiie Sans aucun souciii Philosophiiiiie Hakuna matataaa Au bout de deux ou trois fois, ils chantent avec moi, principalement les (...)

Comment

Ça recommence tu sais, cet espèce de vieux spleen et de forte angoisse. Je crois que c'est là depuis dimanche aprèm, en fait. Depuis que j'ai perdu le contrôle et que j'ai crié sur les enfants, devant des personnes bienveillantes. Avec dans ma tête, je suis nulle, j'y arrive pas, tout le monde y arrive mieux que moi, je ne sais pas m'occuper de mes enfants. Je suis une mauvaise mère, je leur montre le mauvais exemple, je menace, je punis, je crie. Je ne leur montre pas ce qu'il faut faire pour être heureux. Et en plus devant des gens qui s'en sortent teeeellement bien avec leur fils, (...)

Deux ans

Il y a des anniversaires, comme ça, un peu bizarres. Je crois que la raison pour laquelle je ne suis pas bien depuis quelques jours a éclos aujourd'hui. Nous sommes le 22 avril. Il y a deux ans, à cette heure-ci, je ne sais pas ce que je faisais. Est-ce que j'étais déjà chez le gynéco ? Est-ce que ma fille dormait ? C'est brumeux. Je sais ce que j'ai fait le matin - je suis allée chez une amie avec ma petite fille de 12 jours, elle m'a montré des noeuds en écharpe de portage, A. était si petite, si mignonnette, j'étais gonflée de fierté. Notre amie C. est venue, très enceinte, (...)

Saturday night fever

Et puis tu sais ya des soirs comme ça, où tout s'enchaîne sans que tu le contrôles vraiment, et où le lendemain, tu as un mélange de "j'ai pas été cool" et de "j'ai passé une super soirée". J'ai bossé toute la journée, en stress, et je le suis encore... je m'y remets dès que j'ai fini d'écrire. Invitée à une soirée d'anniversaire où je connais quelques personnes, où je sais que je vais croiser Jo. Jo le gentil, qui m'envoie encore des sms pour se voir. Bon. J'ai pas envie de le croiser, mais il y aura d'autres gens que j'apprécie, dont celui qui fête son anniversaire. (...)

Papillonner

Et puis tu sais, j'étais là, dans les deux soirées, à naviguer d'une personne à l'autre, à l'aise ; à connaître du monde, et finalement aussi, à avoir une vie sociale avec des gens qu'il y a deux mois je connaissais pas. Parler d'une soirée déjà faite avec l'un, organiser une sortie paddle en mer avec l'autre, discuter encore avec un autre, et à chaque fois, ou presque, découvrir de nouvelles personnes. Voir que je peux être sur la même longueur d'onde avec d'autres gens, et surtout que j'apprécie de pouvoir papillonner comme ça d'une personne à l'autre en soirée. Cette (...)