La bulle de Lili

← Retour au journal

mars 2016

Début mars

Donc voilà, on est début mars, l'hiver est fini ici, mais je crois qu'en fait, il n'a jamais vraiment commencé. Après une petite semaine de vent, on apprécie les rayons du soleil-tout-court, on a l'impression de sortir de l'hiver alors qu'on a pu manger en terrasse tout le long. Début mars, donc. Ca passe vite, je trouve. Il y a une semaine, j'ai eu rendez-vous chez mon oncologue. J'avais commencé à écrire un article, sur lui, notre relation, sa manière de faire, et puis je l'ai interrompu et puis là j'ai plus envie d'aller le rechercher. En gros, il m'a dit : c'est fini, Lili. (...)

Du thé citron

Tout à l'heure, au boulot, j'hésitais entre thé vert nature ou Earl Grey. C'est les deux paquets que mon patron nous achète. Et puis mon regard a dérivé vers les deux boîtes que j'y ai ramenées, moi, il y a quelques mois, en disant que de toute manière je les buvais pas chez moi, autant en faire profiter les collègues. Thé citron. Je ne peux pas en boire. Je ne peux pas sentir cette odeur, ça me rappellerait trop toi. Je ne touche pas à ces boîtes. La musique de Top Gun, je ne peux pas l'écouter. Une note, une parole, et les larmes me montent aux yeux. J'occulte volontairement (...)

Et puis...

Et puis quand même, après un weekend à me torturer mentalement en mode "il me respecte pas, il a pas envie de me revoir", tout a changé. En un texto. Depuis hier, je suis juste bien, prête à savourer le moment présent. Je m'épuise, des fois, je te jure. (...)

Un CD

Hier soir, sur la route pour aller chez lui, j'ai mis un CD qui traîne dans ma voiture et que j'écoute toujours avec une petite pointe de nostalgie. C'est un CD qu'Arthur m'avait fait, quand j'étais en stage à B*, histoire "passionnelle" de deux semaines. Ça me paraît dérisoire, deux semaines, à l'époque ça m'avait semblé énorme. Énorme parce que tellement intense, ce qu'on avait vécu... dérisoire parce qu'il avait une copine et que notre histoire s'était brutalement achevée le jour où elle est arrivée. Le lendemain, il m'amenait ce CD, pendant un mois ou deux j'ai eu des (...)

Tout ça pour quoi

Hier, encore une journée passée avec lui - je dis encore, alors qu'en fait, c'était la première fois qu'on passait toute une journée ensemble. On est allés faire du ski de fond, et ça m'a beaucoup plu - même si au moment où j'écris mon corps n'est que douleur. On a donc passé une très bonne journée, soleil, ski, pique-nique après l'effort le nez au soleil, puis petite balade avec très belle vue, chocolat chaud en terrasse,... Une journée cependant émaillée d'un truc dont je me rends de plus en plus compte : on n'est pas sur la même longueur d'onde. On se dispute sans (...)

Me valider

Donc en fait, je viens toujours écrire les mêmes choses ici. J'oscille en permanence entre "les bons moments qu'on passe ensemble" et "le reste du temps", où, clairement, je ne sais pas ce qu'il fait. Même si je sais que sa vie est millimétrée et qu'il ne s'y passe rien de fou. J'ai pris le parti de travailler sur moi grâce à cette relation. J'en ai parlé à ma kinésiologue qui m'a mis en garde contre lui et sa fermeture, son armure blindée dont il ne sortira pas. Mais elle trouve que c'est une bonne occasion. L'occasion, en fait, d'être bien avec moi-même dans n'importe quelle (...)

Tout fonctionne

Et puis il y a des journées comme ça, des semaines, même, où tout se passe bien. Où tout est fluide. Lundi soir, j'avais organisé un apéro. Six personnes sont venues, j'en connaissais quatre et en ai rencontré deux. Ambiance sympa, je rigole beaucoup avec Yasmina et Bernard, que j'avais déjà rencontré, et avec Jo, que je rencontre ce soir-là. Avec une autre fille, Mia, on découvre qu'on aimerait faire du paddle toutes les deux cet été. Des activités s'ébauchent, le printemps arrive, tout le monde a envie de soleil, de randos, de rires. Même longueur d'onde. Avec mes trois (...)