La bulle de Lili

← Retour au journal

février 2016

Photos

Et puis oublier tout ça, comme d'habitude, la vie reprend ses droits. Mes petits, le travail, les sorties, les weekends entre copains. Et puis... Et puis recevoir aujourd'hui par la Poste un colis énorme avec dedans un album photo magnifique. Je savais que j'allais le recevoir. Je ne savais pas que ça allait me mettre dans cet état. Je les connais toutes, pourtant, ces photos. Je les ai vues, et revues. Mais là, de les voir en aussi grand, de prendre ma joie en pleine figure... De revoir ma mère, nos amis, tous heureux, nous entourer pour ce jour si spécial. De voir d'aussi belles (...)

Les bonnes excuses pour fumer

En fait la plupart du temps, mon cerveau se concentre autour de cette idée fixe : j'ai eu une putain de chance. Ca n'est pas possible que j'aie eu autant de chance. Ca va forcément me retomber sur la gueule. (Je fume, angoissée à l'idée que ça puisse recommencer). Apparemment si, j'ai vraiment eu de la chance. Regarde, je m'en suis sortie, je suis vraiment forte. (Je fume, vu que je suis surhumaine, faut fêter ça). Voilà. En gros, j'alterne entre ces deux états d'esprit. Qui soit me paralyse, soit m'offre une espèce de liberté complètement incroyable. En y réfléchissant, ya (...)

Comme d'hab

Et puis comme d'hab, relire des écrits, ceux de ma grossesse, et pleurer. Pleurer parce que j'y parle aussi de ma mère et de mon beau-père. J'y parle de cet amour qui m'unissait à Mat. D'un monde qui n'est plus le mien, d'une vie qui ne me ressemble plus. Je crois que je suis vraiment en quête de quelque chose, mais je sais pas quoi. Je crois surtout que je vais arrêter de chercher, et juste vivre. En fait je crois que c'est ce que je fais depuis quelque temps. Et pi on verra plus tard. Comme pour les sous qui vont bientôt plus être sur mon compte, à force de tout claquer en voyages. (...)

Ce matin

Ce matin, je suis arrivée au travail avec les joues un peu rouges, un peu griffées, les lèvres gonflées, l’œil un peu fatigué, et surtout un sourire qui ne partait pas de mes lèvres. Sur le chemin, j'ai acheté des mini viennoiseries pour tous mes collègues, très appréciés à la pause café. J'avais envie de leur dire à quel point j'étais heureuse, de le hurler même, et en même temps j'avais l'impression qu'on pouvait lire sur mon front tout ce que j'avais fait cette nuit. Quand je suis arrivée au resto hier, pleine de doutes et un peu stressée, dès que je l'ai vu, tous (...)

Hein, dis ?

Et puis comme toujours, le lendemain, avoir des doutes, me dire que j'ai peut-être pas été assez ci ou assez ça. Repasser en boucle le scénario de la soirée et me dire que j'ai peut-être paru trop angoissée, posé trop de questions,... Me dire que c'est peut-être pour ça que je n'ai pas de textos depuis hier. Ou alors tout simplement parce qu'il passe le weekend à l'étranger avec des copains, raison tout à fait plausible. Et que j'aimerais faire taire la petite voix dans ma tête qui me dit : "oui enfin il aurait pu emprunter le téléphone d'un copain pour t'envoyer un texto". (...)

On verra

Ma kiné tout à l'heure, qui me dit : "on voit que tu es dans une relation où tu te prends pas la tête, c'est pas comme quand on avait 18 ans". Ce à quoi je lui ai répondu que si si, je me prenais toujours autant la tête. Je crois que la différence avec mes 18 ans, c'est que je finis toujours mes réflexions par "boh, si c'est pas lui, ça sera un autre". Il vient dîner à la maison ce soir. Je suis quand même un peu dans le flou. C'est quoi, c'est sérieux entre nous ? On on passe le temps ? On verra, non ? Est-ce que j'ai envie que ça soit sérieux ? Est-ce qu'il me correspond (...)

Special day

C'est toujours la journée que je préfère dans l'année. La journée où tout le monde pense à moi, où je reçois à longueur de journée des petits textos, appels, notifications facebook. La journée où je me sens princesse, un peu surpuissante, où je me dis qu'aujourd'hui, j'ai le droit de tout, parce que c'est mon anniversaire. Où je m'autorise tout, d'ailleurs, dans la même optique. J'avais pourtant bien commencé cette journée. Mon fils qui se glisse dans mon lit au petit matin en me disant "bon anniversaire Maman !", puis qui s'habille sans rechigner (alors que chaque matin (...)