La bulle de Lili

← Retour au journal

juillet 2011

La parenthèse

En ce moment on a une vie un peu bohème. On vit dans un château, dans une des plus belles régions de France ; c'est du coup aussi une des plus touristiques, et des plus chaudes, ça en devient étouffant, surtout en ce début d'été. L'autre jour un groupe de touriste emmené par un guide s'est arrêté pour visiter le hameau où on habite. "C'est un ancien domaine viticole, le château, et le hameau c'était les dépendances". J'étais dans le jardin, dans le hamac, j'ai été considérée comme une bête curieuse. Je profite de la piscine dans le jardin tous les matins. Je compte (...)

Je l'aime quand...

Quand je me réveille et que je le vois dormir, tout à côté de moi. Quand dans la nuit il me cherche et me ramène contre lui. Quand on décide de boire un apéro champagne dans le jardin. Quand on s'installe le hamac, qu'on prend les bouquins, et qu'on y reste une ou deux heures. Quand on prend la route pour partir en week-end. Quand il prend tout en main parce qu'il voit que je suis stressée et que je suis paralysée. Quand il remonte du potager avec des légumes, et qu'il est heureux de les avoir fait pousser. Quand il me sourit et que ses yeux verts s'illuminent. Quand il m'a (...)

Pile ou Face ?

Côté Pile, je suis heureuse, même si mon boulot me plait pas en ce moment, j'ai confiance en l'avenir. En septembre on va s'installer pour de bon, j'ai hâte, j'en peux plus de vadrouiller et de pas avoir de maison à moi. Je vais avoir un vrai boulot, qui s'annonce très actif, au sein de l'entreprise familiale, donc ça me plaît. Et puis enfin une ville où on connaitra des gens...ça aussi ça va nous changer. Il a envie de se lancer dans ce nouveau projet, ça va être dur mais c'est réalisable, tout le monde y croit, et puis c'est tellement mieux que d'être un ingénieur basique (...)

On en parle

Il me surprend, des fois. Mais je le sais, faut pas que je m'emballe. On s'était toujours dit, on fera un enfant quand on sera posés, avec une bonne situation. Et puis, autour de nous, ça se rapproche, les frères et soeurs ont des enfants, les copains commencent aussi, et forcément on en parle. On en parle, de loin, tout ça, et puis la semaine dernière on a eu une autre discussion, un peu plus poussée. Moi j'osais pas aborder le sujet, je me connais, pour le mariage je l'ai tannée, tout ça pour être finalement complètement paralysée le jour du mariage et ne pas l'apprécier, (...)

On y est

Et voilà, on se disait que ça n'arriverait pas, il nous a toujours épaté. Cette opération, il s'en est remis super vite, on nous a dit qu'il avait un cancer, mais bon, quand on le voit en forme comme ça, c'est dur de le croire. Quand on part se balader en montagne et qu'il nous devance tous, ça me rappelait la Réunion, les balades dans Mafate, où il était toujours premier. Quand on lui fait une première dose de chimio et qu'il en ressort en pleine forme. Là on se dit : c'est bon, ça va passer comme une lettre à la Poste, il est tellement en forme, on aurait du le savoir, que (...)

Ma bulle

J'avais plein de jolies choses à écrire, sur l'avenir, sur le passé, sur certaines choses auxquelles je pense en ce moment et donc j'ai envie de me souvenir. Mais voilà, une nouvelle comme "il perd ses cheveux", additionnée à une soirée de merde au boulot où je me suis fait dépasser par les événements, et j'ai le moral dans les chaussettes. Une envie de baisser les bras. Et surtout de me réfugier dans ma bulle. Mais j'ai l'impression que cette bulle, ça fait un bout de temps qu'elle a éclaté... (...)

J'aurais envie

...de dire aux gens, que j'ai envie d'avoir un enfant. Enfin pas un enfant : j'ai envie de porter la vie, de sentir un bébé bouger, de le voir naître, de faire sa connaissance, de l'aimer et de l'élever, avec Lui. Mais je me suis tellement cachée derrière cette image de Lili elle aime pas les enfants, elle sait pas s'en occuper, elle panique quand elle a ses neveux à garder -ce qui en plus est vrai, je panique totalement quand les jumeaux sont là et commencent à faire des bêtises-, que j'ose le dire à personne, pasqu'ils vont tous se foutre de ma gueule. Et me tester, en me (...)