La bulle de Lili

← Retour au journal

mai 2010

Marre du boulot

Des fois j'aurais juste envie de tout laisser tomber. Ouais, aujourd'hui j'ai une grosse sensation de ras-le-bol. Comme si tout ce que je faisais servait à rien. Des fois j'ai l'impression que je rame, je fais des efforts, je cours dans tous les sens, je souris à tout le monde, et on finit quand même par me marcher dessus. Ca vient principalement du boulot. Ca me soule. Je fais mon boulot correctement, on a jamais eu d'aussi bonnes remarques sur l'hôtel que depuis que j'y suis, et pourtant j'ai toujours l'impression de faire quelque chose de travers. Les emails de ma patronne, ponctués (...)

Et puis

Et puis, en quelques minutes, tout va mieux. Je décide de souffler un peu, j'organise mes deux jours de congé à G*, où Océane et Marie vivent. Jeudi, je vois une copine, jeudi soir repas avec les copains. Et là, sur FB, Romain qui me met : on déjeune ensemble vendredi ? et je suis trop contente. Je vais faire le plein d'oxygène, d'amis, de shopping, de G* où j'ai été heureuse pendant ma vie étudiante, et je reviendrais ressourcée. Il me manquera juste Lui, mon soutien dans tous les moments durs, mais il me connait...il comprendra. (...)

Alors

Mes deux jours en ville m'ont fait du bien. J'ai fait du shopping, vu les copains. Il m'a manqué, mais ça m'a oxygéné. Et puis du coup, avec mon coup de blues de la semaine dernière par rapport au boulot, je me suis beaucoup détachée de tout ça, et j'ai commencé à chercher ailleurs. Dans un autre domaine. Qui me motive bien, maintenant reste à savoir si quelqu'un me donnera ma chance...j'ai l'impression que l'envoi de cv et lettres de motive ne serviront à rien, que la seule chose qui puisse leur donner envie de m'embaucher c'est moi. Alors je postule, je cherche à me vendre, (...)

Notre maison

On devait s'acheter une petite maison, par ici, on avait eu le coup de cœur. Ca fait deux mois et demi qu'on est dessus, avec ces histoires de prêt, d'assurance, de pacs au cas où l'un d'entre nous meurt, bref, ca nous a bien pris la tête. Tout ca pour que finalement...une histoire débile de droit de passage non accordée. Une maison qui se retrouve enclavée au bout d'une allée, que l'on n'ose plus acheter, car on peut nous boucher l'accès à tout moment, du coup. Alors on défait tout. Notaire, vendeur, prêt: on annule ! Et ca fait mal au cœur. C'est bête, je sais, sur le (...)

Ce qui compte

Avec Lui, quand on était stressés de ne pas l'acheter, et de se dire qu'on n'avait plus rien, du coup, on s'est dits : le plus important, c'est qu'on s'aime, c'est qu'on soit là l'un pour l'autre. L'important, c'est que l'année prochaine, on portera le même nom. Rien d'autre n'est important. (...)