La bulle de Lili

← Retour au journal

février 2010

Pour changer

Pourquoi j'écris toujours quand ça va pas trop ? Tout allait bien pourtant. On est allés en vacances, on s'est pris la tête deux fois trois là bas sur le thème "on a pas les mêmes goûts en tant qu'activités, est-ce qu'on est faits pour être ensemble", pour finir au bout de quelques crises par conclure que tant qu'on s'aimait c'était le plus important. On était même contents de rentrer, et moi contente de retrouver mon boulot, c'est pour dire. On en est même venus à se dire que rester un an ou deux de plus ici, ça nous irait. Et puis, comme d'hab : j'essaye de parler du (...)

Tu parles Charles

Je suis un peu perdue. J'ai une opportunité de travail, en or. Ce que je viens de commencer ici, donc avec plein de responsabilités, et ptêtre même encore plus. Dans un hôtel qui me plaît, puisqu'il appartient à la famille de mon chéri. J'y ai déjà travaillé et je crois vraiment à la réussite de cet hôtel. Ca commence en juin. J'ai sauté de joie quand on me l'a proposé. Il faut considérer les deux côtés : d'un côté rester ici, cet hôtel ici aussi me plaît beaucoup, et je viens de commencer cette nouvelle tâche. Notre environnement me plaît, même si je déplore (...)

Chui heureuse

Bon, j'avais envie de l'écrire. Parce que c'est rare, les moments où je suis contente. Pour cette histoire de départ/nouveau job super top/déménagement et toutes les turbulences qui en découlent, j'ai retrouvé vendredi soir un fiancé stressé de devoir partir, lâcher ce qu'on a ici, même s'il n'aime pas trop son travail. En fait, il est bien ici. Alors on reste, parce que moi aussi je suis bien, mon boulot me plaît même si dans chaque taf : on me paye pas assez, ma chef est exaspérante, et les clients sont super relou. Bref. Partant de là, je conclus tout simplement : "bon (...)

Chui lassée

Ya des moments comme ca, où j'ai envie de baisser les bras. Où je me dis juste, pffffffff. Je sais, que ya plein de moments où j'ai été désagréable la semaine dernière. Je le sais, que je suis une princesse, et qu'il ferait tout pour moi. Mais ce soir, entendre que je le prends pour son esclave, et que selon plein de personnes de son entourage, il se laissait totalement faire par moi...bah ca m'a pas fait très plaisir. Ca avait bien commencé, quand il est rentré du boulot j'ai même pas fait de reproche sur le fait qu'il avait une heure de retard par rapport à ce qu'il m'avait (...)

Ma solution anti deprime

Solution anti-déprime : relire mes écrits des années d'avant, et regarder le chemin parcouru. Relire, que fin 2005, en écoutant La Solitudine de Laura Pausini me mettait les larmes aux yeux parce que l'Italie me manquait...et la mettre sur Youtube en me rappelant ce moment là. Relire que j'en crevais de pas avoir d'amoureux, à l'époque. Que j'étais vraiment pas bien dans ma peau, à me trouver trop conne pour intéresser quelqu'un. Et maintenant je suis sur le point de me marier. Et je martyrise mon fiancé ! elle est bien bonne celle-là. Sérieusement je sais que j'exagère (...)

Célibataire

Suis célibataire pour le week-end, il est parti faire la fête avec des copains, et puis je travaille de toute manière. Tout s'est arrangé entre nous, évidemment, comme d'habitude. Aux orages succède une passion comme au premier jour, à chaque fois. Des fois je me demande si on fait pas exprès de se prendre la tête, juste parce qu'après, on sait qu'on est encore plus proches que d'habitude. Le quotidien, la routine, on aime pas, on a toujours besoin de savoir qu'on est unique et spécial aux yeux de l'autre. Sinon au boulot j'ai appris que j'avais une semaine de vacances en avril, (...)

Encore

Encore une soirée comme ca, une soirée de trop. J'aimerais seulement lui parler, et il dort. (...)

Trop

Bon, en fait, comme chacun aurait pu s'en douter, hier soir j'ai un peu trop bu. En fait, j'ai pas bu tant que ca, et j'ai bu de l'eau régulièrement. C'est juste le dernier cocktail qui m'a tué, et là où je m'en veux le plus c'est d'avoir conduit hier soir...alors que j'avais trop bu. Je suis complètement débile. A quoi je pensais ? en même temps je me détestais déjà de le faire. L'envie de dormir dans mon lit à moi aura été plus forte, en fait. Je me dis qu'il faut que je prenne ca pour un avertissement. Combien de fois il va falloir que je me le répète ? je n'ai pas (...)

Relativisons

Bon, en fin de compte je relativise beaucoup les événements. Je considère toujours ça comme un avertissement, mais je me dis que vu que je ne suis pas si mal que ça aujourd'hui, c'est que je n'ai pas autant bu que ça. J'ai dramatisé...j'ai même été courir, ça m'a fait du bien, c'est pour dire - bon c'est pas la grande forme non plus hein... Je pense que je vais quand même aller consulter quelqu'un. Ca sera toujours intéressant de savoir ce qui se cache en moi. Et je pense que j'ai envie de travailler aussi sur ma peur de la mort, ça me paralyse complètement dès que j'y pense. (...)