La bulle de Lili

← Retour au journal

juillet 2009

Une journée en famille

Hier, c'était le jour du baptême des petits. Dans un mois, ils seront repartis dans une île lointaine, à l'autre bout du monde. Ils seront restés deux petites années en métropole, et puis mon frère a été muté. Et a accepté sa mutation avec joie et soulagement. Il aime bien ça, mon frère, partir. Alors hier c'était une journée famille. Yavait tout le monde: ma mère, mon beau père, mes deux frères, leurs femmes, les petits, mon cousin. La famille de ma belle soeur aussi. Et on a passé une journée pile comme on les aime: après le baptême, on est rentrés, on s'est mis (...)

Plaignez moi

Bon alors voilà, je suis seule pour tout le week end. Plaignez moi. Il est parti faire la fête pendant 3 jours, en Espagne, pour un enterrement de vie de garçon. Tous mes amis sont à un mariage, où je n'ai pas pu aller car je travaillais hier soir, et que ma Chef avait pris ce week end là. Vive l'hôtellerie. Ma famille a fêté hier soir l'anniversaire de mon frère, tous ensemble, et là non plus je n'ai pas pu y aller. Mais bon, hier j'ai beaucoup travaillé, je n'y suis pas allée pour rien au moins, et puis j'ai du temps pour traîner, ce que je ne fais pas beaucoup quand Il (...)

L'associale

Quand je suis toute seule, je me mets dans mon canapé, et j'attends. J'ai ma télé, mon bouquin, mon ordi, et le magazine télé, et j'alterne. Je jette un oeil par ci par là. Je me prépare des plateaux télé: petit déj, repas, goûter. Je laisse tout traîner. Ma vaisselle dans l'évier. Mes vêtements par terre. Mon bordel, partout. Je regarde ça d'un oeil fatigué, il faut que je range tout. Faudrait que je fasse le ménage, aussi. Avant qu'il rentre. Ou pas. Il pourra le faire, lui aussi. Je me laisse complètement aller, je ne fais rien de mes matinées, jusqu'au moment où je (...)

J'aime ce que je fais

Le temps passe vite, on est déjà à la moitié de l'été et ça fait quatre mois que je suis venue vivre ici. Et on n'en est qu'au début. Hier soir je suis sortie du travail le sourire aux lèvres. Avec une pensée: j'aime bien mon travail. Ca faisait longtemps que ça n'était pas arrivé. En fait je me rends compte que je me suis vraiment habituée à travailler là bas, que je commence à tout connaître. On se rend compte de ces choses là quand des nouveaux arrivent et sont perdus, alors qu'on a soi-même pris tous les réflexes, difficiles à comprendre au début. Et puis c'est (...)