La bulle de Lili

← Retour au journal

juin 2008

It was great

Mon week-end a été merveilleux. En ouvrant les yeux vendredi matin, en voyant le ciel bleu, je me suis sentie bien. J'avais limite envie d'aller bosser. Et la journée est passée lentement, et en même temps très vite, je suis partie à 17h, ai attrapé le train, et à 20h30 j'étais sur le quai de la gare de P*. Et là, je ne le vois pas. Et je me dis: "il a oublié...il a eu une panne de voiture...il est en retard...". Mais non, je suis médisante, il était quand même là, très mal garé, mais là. Je l'ai vu, je l'ai trouvé beau, irrésistible. Ça faisait longtemps que je l'avais (...)

A 17h

Fini une heure plus tôt aujourd'hui, et je me rends compte qu'en finissant à 17 h j'ai beaucoup plus le temps de faire des choses qu'en sortant à 18. J'ai été prendre (de visu) mes rendez-vous chez les docteurs que je dois voir pour faire mon bilan de l'année, j'ai été acheter ma pilule, j'ai été voir pour acheter un vélo. D'ailleurs, peut-être trouvé un vélo super sympa à 70€. Jsuis emballée. J'y retourne mardi. Je me rends compte qu'en ayant moins de temps qu'avant, je suis obligée de tout faire plus vite, et je me sens du coup beaucoup plus efficace. Ca fait à peine un (...)

Des fois, ça m'arrive

En ce moment...j'ai des frayeurs. Frayeurs par rapport à la mort. Je vois des personnes âgées dans la rue, ça me rend consciente que je vieillis, moi aussi. Que moi aussi je deviendrais vieille, et que les jeunes me regarderont. J'entends ma grand-mère me dire qu'elle est tombée un jour dans la rue, et que personne ne l'a aidé. Elle était choquée, et surprise, parce qu'aussi c'était la première fois qu'elle tombait. C'était le jour où elle s'est rendue compte qu'elle ne maîtrisait plus tout. C'est ce jour-là qui me fait peur. Le jour où je devrais demander de l'aide. La mort, (...)

Une bulle, vite

Je reviens du ciné, je suis allée voir Sex and the City avec Céline. Et j'ai bien aimé. Et j'ai eu les larmes aux yeux à deux ou trois moments. Je crois que je suis dans une humeur où j'ai envie de pleurer devant un film un peu triste, juste pour me sentir triste, puis mieux. Sur le chemin du retour j'ai failli acheter un paquet de cigarettes. Et puis je me suis dit que non, c'était la meilleure façon de vraiment commencer. Ce qui m'a mis dans cette humeur, c'est le film, sûr, triste mais vraiment optimiste, et aussi le fait qu'en sortant du ciné, des gars m'ont frôlé, touché (...)

Une petite soirée

Hier soir...on est sorties, avec Céline. Bon hier aprem, aprem plage, décevant puisque le temps qu'on y arrive il faisait plus beau...du coup on avait un peu peur qu'il pleuve hier soir, vu qu'on restait dehors. Soirée appelée la Fête des Fanfares, plein de fanfares qui jouent partout, des buvettes qui s'installent, 1€ le verre de vin, plein plein de monde partout, ça me rappelle l'Espagne, pendant les Fallas, cette ambiance festive. On a retrouvé des copines à elle de son boulot, trois filles super sympa, avec qui je me suis bien entendu. Ca fait tellement plaisir...je vois que je (...)

Un squelette dans mon placard.

Sortie du boulot ya déjà une heure, c'est assez exceptionnel, faut en profiter. A midi je suis allée chez l'osthéo, parce que j'avais mal au dos depuis assez longtemps. Ca m'a toujours impressionné, la science qu'ils ont au bout des doigts. Ils te touchent le dos, là, là, et là, et ils trouvent ce que tu as. Ils te contorsionnent dans tous les sens, tu entends des petits "crac", et après il dit "c'est bon la troisième lombaire est remise en place". Il touche ton ventre, sent ton estomac, ton sécrum ou un truc du genre, te touche le cou, appuie pile où ça fait mal (et où tu (...)

That almost made my day

Tout à l'heure j'étais au bureau, je faisais je sais pas trop quoi sur mon ordi (pas beaucoup de boulot en ce moment...). A rappeler que je suis au premier étage, et que la réception est juste à deux pas, il suffit de sortir du bureau, de descendre l'escalier en colimaçon, et bam, réception. Bref j'ai entendu un rire, je me suis dit, tiens, on dirait le rire d'Eric. Et après j'ai entendu la voix de Ramzy. C'était tellement comme dans leurs films ou leurs spectacles que je me suis posée la question, si c'était eux. Mon plan d'action était déjà en marche, pareil qu'à Bruxelles: (...)

Fallait que ça sorte

Je sais pas ce que j'ai, tout est pesant. Enfin surtout le boulot. Emma me prend vraiment pour son assistante. Toutes les deux minutes elle m'appelle dans son bureau, fais ci, fais ça, et par ci et ça j'entends "remplis ce tableau excel avec ce montant là", "va me passer ce fax", "va me photocopier ce truc steuplé", bref que des trucs passionants qui m'apprennent justement ce qu'est vraiment un travail. Je passe mon temps à faire ses trucs débiles, pasqu'elle a pas envie de le faire, pasque c'est les trucs les plus nuls et chiants à faire. Excuse-moi mais je vois pas comment lui faire (...)

L'unité

En rentrant chez moi, en voyant cette attention des gens devant le football, cette espèce d'unité des gens devant le match, les yeux tous rivés sur le même écran, et les rues de cette ville pourtant si vivante désertées. Je pensais écrire que ce qu'il me manque en ce moment c'est de croire en la foi humaine, que j'aimerais bien pouvoir y croire, pour me donner le courage de continuer sans avoir tout le temps un verre et une clope à la main. On est allées se faire un petit resto avec les filles, Céline, Pauline et Marie, c'était bien sympa. Je suis rentrée à pied. En arrivant (...)

Bien entourée

Je critique l'unité humaine mais n'empêche qu'hier soir j'ai eu de la chance de trouver des gens aussi gentils et compréhensifs, qui ont su me prendre la main pour me calmer. Je me souviens qu'à Bruxelles le soir où j'ai fait aussi une crise de nerfs, j'ai aussi trouvé des gens qui ont vu mon état, qui m'ont fait asseoir. Ces moments-là, où je ne me maîtrise plus et où j'ai l'impression de passer pour une assistée, où les gens me regardent attentivement, voient mes mains trembler, me font asseoir et m'écoutent, en se disant "elle va se calmer". Et puis j'ai énormément de (...)

Plage...ou pas !

Aujourd'hui on voulait aller à la plage avec Céline. Yahoo Météo a annoncé qu'il ferait beau. Manque de pot, à peine parties sur nos vélos, il a commencé à pleuvoir. Alors on est rentrées. Bredouille, comme dirait l'autre. Au moins ça nous aura permis de repérer comment sortir de la ville à vélo, de nous faire souffrir dans les petites montées à vélo, et pour moi de tester ce vélo fraichement acheté. Il est cool. Vieux, c'est sûr, mais cool, on s'entend bien. Là je l'ai remis dans le cagibi. J'avoue que je stresse un peu, mais bon, la porte est réparée, faut pas (...)

nouvelles

Bon j'ai eu le fin mot de l'histoire. Si ils ont pas pris mon vélo ni mes clés de voiture, c'est parce que les gars qui sont revenus le soir, après le voleur de vélo (celui qui s'est fait surprendre) cherchaient de la drogue...pasque le voleur de vélo cherchait une planque. Ça rassure. Sinon bah...je suis partagée, au boulot. Je me demande de plus en plus pourquoi elles me donnent pas plus de responsabilités. Je me dis que c'est ptêtre pasqu'elles ont compris que j'étais nulle. Mais non, pourtant, je fais tout bien, j'ai envie d'apprendre, ya des moments où je fais moins bien mais (...)

l'eau des pâtes

Fin de semaine, ça fait du bien, je suis claquée. Même si en fait ce soir j'aurais volontiers fait quelque chose du genre aller boire un coup avec les copines. Mais bon, demain on va passer la journée à la plage, alors je me plains pas non plus trop. Une chaleur ici...c'est un truc de fou, ça fait du bien. Du coup je regrette d'être enfermée tout le temps, s'il fait si beau dehors. J'espère que ça va durer ce week-end. J'ai un peu tous mes week-end de planifiés pour un ptit moment. Ce week-end, fête de la musique, ça risque d'être animé. Semaine prochaine, fête du vin à (...)

En bonne voisine que je suis

Bon finalement j'aime bien ma voisine. Ya trois heures elle est venue me demander mon tire bouchon. Me propose ensuite de venir boire un verre chez elle. Moi polie et timide, je refuse. Finalement, j'y suis allée. Et puis j'ai passé deux petites heures là bas, et j'ai bien aimé. Elle est gentille, ma voisine, elle a toujours resservi mon verre, a insisté pour que je mange avec eux même si j'avais déjà mangé avant. Très accueillante. Le genre d'accueil que moi même je n'arrive pas à fournir aux autres, et qui semble naturel chez certaines personnes. Bref. Jsuis contente d'avoir (...)

...

J'arrive même pas à écrire ce que je ressens. Et pourtant, ya de la tristesse, de la colère, de la désillusion. J'y croyais. J'avais tort. Ya autre chose aussi. Je sais pas de quoi j'ai envie, de quoi j'ai besoin. J'aimerais juste arrêter d'avoir mal comme ça. Je pensais pas souffrir autant. (...)

On était bien, à Bordeaux...

De retour de mon week-end dans la capitale du vin...c'était bien... Arrivée vendredi soir après quatre longues heures de train, Matthias et Marion sont là pour m'accueillir, et d'emblée c'est comme si on n'était jamais partis de C*. On va chez Matthias, charmant studio dans le centre de Bdx. On boit un coup, avant de ressortir et d'arriver à temps pour la fin du son et lumière et le feu d'artifice en entier. Je retrouve Mimi, copine de lycée, qui habite ici aussi. On repart dans un bar à vins, où on reste tous les quatre à discuter jusqu'à 2h, fermeture du bar. Puis on repart (...)