La bulle de Lili

← Retour au journal

mai 2007

Amoureuse

Comment décrire tout ce que j'ai ressenti ce week-end ? c'était magique, c'était fort, et je ne m'y attendais pas. Je ne pensais pas que plus le temps passait, plus j'allais ête amoureuse de lui. Parce que oui, je pense bien que c'est ça: dès qu'il n'est plus avec moi, il me manque, j'ai tout le temps envie de lui parler, de le voir, le toucher, l'embrasser, juste être à côté de lui. Comment décrire toutes ces sensations ? cette crainte, au début, quand je le vois, cette impression de ne rien avoir à lui dire. Crainte effacée seulement lorsqu'on se retrouve seuls, tous les (...)

Elle revient

Aujourd'hui, Amandine revient de son année d'échange au Canada. Elle est partie en août, et elle revient, ça y est, c'est fini. Ca me fait bizarre, j'ai pas l'impression que ça fait déjà huit ou neuf mois qu'elle soit partie. Pourtant, je l'ai pas revu, on s'est croisées sur internet, on a vu les photos l'une de l'autre sur nos blogs respectifs, mais je ne peux pas dire qu'elle m'ait vraiment manqué. On se voyait assez souvent, et je sais que vu qu'elle revient, on va se revoir assez souvent. C'est ça qui est bien dans l'amitié, cette espèce de flexibilité. Alors voilà, elle (...)

Soirée de gala

J'ai passé une semaine très courte, avec une soirée de gala, mercredi soir. Soirée "chic", comme l'an dernier, où je ressors ma panoplie de mariage, parce que pas envie d'investir dans une nouvelle robe. Soirée sympa, je prends ma voiture histoire d'éviter de trop boire: objectif "mémoire" le jeudi matin. Une soirée qui se finira tôt pour moi, à une heure du matin j'en ai marre et je rentre. Un coup de fatigue. Et puis je prends de plus en plus de recul par rapport à cette promo, au fur et à mesure je m'en détache en me disant que de toute façon je m'en vais l'année (...)

Partir

Je sais pas si j'ai évoqué le fait de partir de C* l'an prochain. Ce n'est qu'une ébauche mais ça risque de se concrétiser très prochainement... J'ai trouvé une formation à P* qui propose exactement ce que j'ai toujours voulu faire. Aller à P* pour ma dernière année, pourquoi pas, c'est tout bénéf. Il y a les pour: la formation, une nouvelle école, une nouvelle ville à découvrir, et puis Matt...qui n'y sera pas l'an prochain, sauf quelques week-ends, mais je serais déjà beaucoup plus proche de l'Espagne. La soeur de Jules, aussi, y est, et m'a proposé de m'aider pour un (...)

Deux choses

Je suis de mauvaise humeur. Depuis hier soir. Tout avait bien commencé, le week-end arrive, Matt m'appelle hier matin et on convient de se retrouver sur msn le soir quand je rentre sur B* ou de se téléphoner. Je rentre avec Jules, et on parle de plein de choses, de couples notamment, de nos ressentis; il m'avoue avoir des doutes sur Marie, qui se trouve en ce moment même avec Dédé dans le Sud de l'Espagne, dans la ville de Matt...et il a peur, à cause de ce que moi j'ai fait là bas, qu'elle fasse des bêtises. On en rigole, mais on a quand même bien parlé, ça m'a fait plaisir. A (...)

A voté

Je viens d'aller voter. Je suis un peu penaude d'avouer que c'est la première fois que je vais voter, sans ma mère pour m'expliquer exactement comment faire, et sans procuration. J'y suis allée espérant ne pas faire la queue, il se trouve qu'avec le soleil la population de B* a décidé d'aller voter en masse le matin afin d'aller profiter du beau temps après. Du coup un simple vote s'est encore transformé en un acte social: j'ai revu plein de têtes pas vues depuis longtemps, reconnu des gens. Comme disait une dame derrière moi, "je vois plus de monde une fois tous les cinq ans que (...)

Que demander de plus...

On est mercredi, j'ai fini la première partie de mon mémoire, et j'attaque la deuxième. Je suis assez motivée, j'ai surtout envie d'en finir, et de ne plus avoir à penser sans cesse à ça. J'ai bientôt mes partiels à passer, il faudrait aussi que je pense à les réviser... Je suis juste heureuse, en ce moment. Tout va comme je veux. Il fait beau, je m'entends bien avec les gens, je vais envoyer mon dossier de candidature à P*, et je suis en train de motiver Jenn pour qu'elle vienne avec moi. Matt est adorable avec moi, il me manque à un point que je n'aurais jamais cru possible. (...)

Mes petites peurs

Je suis chiante avec lui, vraiment. J'ai tout le temps besoin qu'il me dise que oui, il m'aime, que oui, il veut toujours que je vienne passer une semaine chez lui, que non, il n'est pas attiré par d'autres. Je vais finir par l'agacer, je le sens. J'ai bien essayé, entre mon coup de flip d'hier soir (parce que je l'ai senti un peu distant au téléphone, parce qu'il ne m'a pas appelé trois ou quatre fois comme d'habitude, parce que, parce que...) et aujourd'hui, de modérer mes petites peurs. En me disant qu'à moi aussi, ça m'est arrivé, de pas avoir envie de lui parler. Ca m'est (...)

Au moins

Moi, en ce moment, je fais beaucoup de choses. Je vais chez le coiffeur (et j'en ressors blonde), je vais boire un café avec Jenn en se dorant au soleil, et ce soir je sors. Il faut que je sorte. Tout ça pour essayer de m'aérer un peu, me le sortir de la tête, profiter des gens autour de moi, et ne pas rester enfermée à remâcher que lui est en soirée, sur la plage, avec d'autres gens, et que je suis toute seule chez moi. Oui, en effet, je sors juste pour pouvoir lui dire que je suis sortie, que moi aussi j'ai ma vie. C'est con. Mais au moins je pense à autre chose qu'à fixer mon (...)

Franchement

J'aime pas ça, me réveiller en me demandant comment s'est terminée ma soirée. Me souvenir que je l'ai appelé mais pas me rappeler ce que j'ai bien pu lui dire. Me souvenir que je suis allée sur msn, que j'avais du mal avec le clavier, mais pas me souvenir du tout de comment j'ai réussi à aller me coucher. Je me déteste, je me déteste, faut vraiment que j'arrête. Et je me demande aussi comment il fait pour m'aimer, parce que là, franchement... (...)

Ca me fait peur

J'ai lu ce que je lui avais écrit sur Internet, ça me fait peur, je n'arrivais pas à écrire correctement sur le clavier. Il m'a dit qu'ensuite je l'ai appelé, et que j'arrivais à parler correctement, et que je lui ai parlé longtemps. Je ne m'en souviens absolument pas. Ca me fait peur, à un point, ça m'a retourné l'estomac, j'ai envie de vomir. (...)

L'école est finie

La fin de l'année est déjà arrivée. C'est passé vraiment très vite. Peut-être même trop. Quatre mois qui sont passés à la vitesse de la lumière, où au fond je n'ai pas eu le temps de faire grand chose, pas comme quand j'étais en Finlande et que je visitais un pays différent tous les week-ends quasiment... Quoique je dis ça...j'étais au mois de janvier chez Roland, en mars en Espagne, puis je suis allée voir Matt à P*, il est venu me voir ici, je suis retournée dans le Nord de l'Espagne,...et là ce soir avec Océane, Marie et Jules on part en week-end au bord de la (...)

Deux mois

Hier, ça a fait deux mois. Enfin hier vers minuit et demi. C'est dérisoire puisqu'on s'est pas beaucoup vus pendant ces deux mois. Mais ça fait deux mois qu'il me supporte, deux mois qu'on s'appelle quasiment tous les jours, deux mois qu'il ne s'affole pas quand je tape des petites crises, deux mois qu'on est sur la même longueur d'onde. Deux mois qu'à chaque fois qu'on se voit, c'est magique, que j'ai l'impression qu'il a été fait pour moi. Il me fait rire, il me rend dingue, je l'aime, c'est un truc de malade. J'aurais jamais cru que ça m'arriverait. Et j'espère vraiment que ça (...)

From Spain

Hier, une discussion par hasard, et beaucoup de choses remises en question. Il dit qu'il a eu beaucoup l'impression que je lui en demandais beaucoup. Alors que ce que j'ai demandé, c'était rien, je disais juste les choses qu'il me disait. Sauf que lui savait que pour moi c'était sérieux, et pas forcément pour lui. Et bam, la petite claque. Se dire que toutes les jolies choses, les jolis mots sur lesquels je me base depuis deux mois ne sont en fait que du vent. Des paroles en l'air. Il est du Sud, j'avais raison de me méfier au début. Et puis hier soir, on va au resto, il m'avoue (...)

A la ligne

En rentrant tout à l'heure il avait un énorme bouquet de fleurs à la main. Une heure après, il a refusé que j'achète mon billet de bus pour samedi, je devais partir à 3 heures pour rejoindre M* et attraper mon avion vers midi. "Tu vas pas attendre toute seule là-bas pendant quatre heures, je t'emmène, j'ai pas envie de te laisser partir en pleine nuit, je me sentirais pas bien". Là il est parti nous chercher du Burger King, parce qu'il sait que j'adore. Le vieil adage "suis-moi je te fuis" est donc une réalité. Quand il sent que je m'éloigne, il devient plus attentionné. Comme (...)

Ma journée d'hier

Je suis là, dans le lit, en attendant qu'il se réveille. Hier midi on est allés faire une paëlla avec ses amis, sur le campus. Un truc de malade que j'avais jamais vu: les associations étudiantes organisent ça le vendredi, en avril et en mai, proposent des boissons -alcoolisées bien sûr- et des paëllas -2€ la part, pas cher- et mettent de la musique à fond, qu'on peut entendre en sourdine de n'importe où sur le campus. Les étudiants viennent, avec leurs propres provisions, il y a un endroit pour s'asseoir, avec des tables, le bar,...et un espace, un terrain vague, à côté, (...)