La bulle de Lili

← Retour au journal

août 2006

Home sweet home

Bon...la fin de l'histoire, c'est qu'à cause, ou grâce à mon oeil, je suis revenue pour une semaine à B*...une semaine d'arrêt maladie, avec modération de l'utilisation de l'ordinateur. De toute façon ça me fait mal quand je reste trop longtemps dessus, alors... Tout s'est décidé tellement vite, j'ai l'impression que je ne suis pas vraiment revenue. Hier matin, le docteur m'octroie une semaine. Hier midi, je suis de retour à Bruxelles, j'explique la situation à mon chef. Hier soir, je prends le train, à Paris le train de nuit. Et ce matin, en me réveillant, j'avais les (...)

histoire de parler

Hier midi, mangé avec Océane. Au moins je sais que c'est une vraie amie, sur qui je peux vraiment compter. Je n'en dirais pas autant d'Amandine, que j'ai appelé, que j'appelle régulièrement depuis un mois, qui ne répond pas à mes sms, ni mes mails, ni aux messages laissés sur son répondeur. Merde, je suis là pour une semaine, après elle se barre au Canada pour un an, elle pourrait au moins me répondre par un sms qu'elle bosse beaucoup en ce moment, j'en sais rien moi...c'est toujours comme ça avec elle. On l'appelle, on l'appelle, et puis un jour elle finit par répondre, la (...)

la photo

En lisant les journaux, sur JEL, sur JI, j' imagine les gens, souvent en fonction de la manière abstraite dont ils se décrivent. Je les visualise, de la même manière qu'on visualise les héros d'un roman, quand on le lit. Je parviens aussi à imaginer plus ou moins les gens qui entourent les protagonistes de ces journaux, d'une manière générale j'ai besoin de pouvoir coller un visage pour mieux adhérer à ce que racontent les gens. Ce qui est marrant c'est que la plupart du temps ma vision est complètement fausse. Il arrive un moment donné où les gens mettent une photo, ou (...)

déjà jeudi

C'est fou comme ça passe vite, une semaine de vacances...je trouve que dimanche arrive à grands pas...on est que jeudi, et je me désole déjà ! Semaine tranquille. Hier je suis allée manger au resto où j'ai servi. Toujours les mêmes personnes qui servent, je suis heureuse de les revoir, de me retrouver là. Ca me manque vraiment de ne pas y travailler. Je me suis régalée hier...et tant pis pour le régime, les tartes y sont tellement bonnes (et puis de toute manière, à ma grande surprise, j'ai pas pris de kilo à Bruxelles). Hier soir, petit bar tranquille avec Jennifer et (...)

un mail

Mail de Peter, hier soir, après que je lui ai dit que le week-end du 11, je ne bougeais pas de Bruxelles, et que comme lui n'avait pas d'argent et ne pouvait pas venir, on ne se verrait pas ; mail après que je le soutienne dans son ennui au travail, globalement je pense que c'est le fil rouge de l'histoire, qui nous a fait garder contact l'un avec l'autre, l'ennui : "Merci pour ton petit mail de soutien ça fait plaisir! C'est con qu'on puisse pas en effet se voir depuis le temps qu'on en parle, je me dis aussi que c'est con qu'on apprenne à se connaitre maintenant alors qu'on a eu (...)

Deux semaines

Et voilà, déjà finie la semaine ici...c'est passé vite...et ça m'a fait du bien. Le truc c'est que vu que c'était pas prévu que je revienne, j'ai du mal à croire que dans deux jours je serais de nouveau à Bruxelles, au boulot. Mon chef a recommencé à m'envoyer des mails intitulés "Urgent" qui me stressent déjà, parce que la semaine prochaine, ni lui ni ma collègue ne seront là. Pendant toute une semaine je vais devoir me débrouiller toute seule. Je vais devoir trouver des choses à faire, et aussi faire le boulot de ma collègue, que mine de rien je maîtrise pas trop. Enfin, (...)

Elie

Hier soir, C.R.A.Z.Y au ciné, avec mon tout jeune coloc de 15 ans, Elie. Elie qui s'habille de manière ultra fashion, Elie qui adore Bruxelles, Elie qui ne supporte pas la mentalité de sa petite ville. Elie qui appelle les filles "ma chérie" ou "chouchou", Elie quoi. En sortant du film, il me dit "c'est un film pour réfléchir". C'est vrai, enfin moi j'ai beaucoup aimé, et puis en plus j'adore cet accent québécois. Le sujet est bien traité, et l'acteur principal est vraiment beau, ce qui ne gâche rien... Elie en rentrant à la maison va dans la salle de bain, se faire la même (...)

mes souvenirs

Hier soir en prenant le métro avec Elie, je me suis rendue compte que je n'avais sans doute pas assez profité de Bruxelles. Séquence souvenirs, on descend à la station de métro Parc, plein de flashs, comme dans les films...c'est là qu'on devait se séparer, Arthur et moi, après la Fête Nationale...c'est là qu'il m'a supplié de venir dormir une dernière fois chez lui...c'est là qu'on a couru main dans la main dans l'escalier parce qu'on entendait le métro arriver...puis, plus loin : c'est là qu'Anne habitait l'année dernière...c'est là qu'on est allées voir le concert de U2 (...)

et puis

J'ai envie de partir, et en même temps, ça me fait peur. Ca me fait peur parce que j'avais tellement attendu ce moment d'être à Bruxelles, et dans 9 jours c'est fini. Je sais vraiment pas ce que je veux. Et puis toujours ce Peter, de qui je reçois beaucoup de mails...qui me font rire, le plus souvent...qui me surprennent, aussi...j'en reçois quand je ne m'y attends pas, comme "un petit coucou du boulot, je suis occupé mais c'est pas pour autant que j'oublie de t'envoyer un email", ou quand je ne réponds pas au bout d'une heure, "il veut dire quoi ce silence ??". Enfin bref là aussi (...)

oups

Enorme connerie faite au boulot ce matin. Enfin non, depuis deux jours. J'ai persisté, je me suis pas rendue compte que je faisais pas les choses correctement. J'étais même contente, j'arrivais à gérer à peu près le boulot de ma collègue. Et puis d'un coup tout s'est effondré. J'ai lu mon erreur sur le fax renvoyé par une cliente. Et j'ai compris. J'ai compris que j'étais trop conne, que des fois à la place d'un cerveau j'ai je-sais-pas-quoi, une éponge peut-être. Parce que depuis le début c'est écrit noir sur blanc, partout, pour pas que je la fasse cette conneire. Et je (...)

se contente de l'indispensable

C'est une phrase dont je me souviendrais. "Se contente de l'indispensable". Dans la case "Conscience professionelle". Mais le pire du pire, c'est que je le sais déjà, et depuis longtemps. Aujourd'hui j'ai fait remplir mon attestation et appréciation de stage par mon chef, passé en coup de vent. J'ai réussi à la lui refiler avant que ma collègue ne découvre ma boulette (qui soit dit en passant est plutôt bien passée, du genre "écoute jsuis en vacances là, on verra la semaine prochaine, de toute manière c'est trop tard"). Sur mon attestation, outre l'attestation, ya une (...)

Indispensable, oui

L'autre soir, juste après avoir écrit ici, Elie est arrivé au cyber café, et on est rentrés ensemble. Il revenait du ciné. Je lui demande s'il avait son téléphone, je savais que mon chef voulait qu'il travaille ce soir-là, mais Elie avait oublié son GSM dans la chambre. Devant l'hôtel, on croise ce serveur que je ne supporte pas, par sa suffisance à mon égard, à me prendre de haut puisque je ne suis QUE stagiaire, je lui demande s'il s'en sort, il commence à me parler méchamment, "écoute, moi je suis tout seul en salle, j'ai pas le temps d'aller débarasser les salles de (...)

La crise de Roland

Bref. Assez parlé boulot. Hier ma mère m'a appris que mon frère Roland était allé finalement voir un psy, parce qu'il ne va pas très bien, ce n'est pas nouveau. Je pensais pas, quand même, que le psy irait jusqu'à diagnostiquer une dépression nerveuse, le mettre sous anti-dépresseur. Ca m'a fait un petit choc. C'est vrai, quoi, Roland, c'est mon grand frère, toujours là quand je vais pas bien, il me protège. Ce qui m'a surtout fait bizarre c'est quand ma mère m'a expliqué que les premiers jours il faut allier l'anti-dépresseur à un autre médicament, pour calmer la (...)

Il était une fois

Il était une fois une petite fille, Blanche, qui naquit au milieu du 20ème siècle dans une famille aimante, en Belgique. Elle avait une soeur de trois ans son aînée, Rose, avec qui elle s'entendait merveilleusement bien ; elles étaient meilleures amies. Leurs parents s'aimaient, d'un amour qui faisait sourire tout le monde, qui diffusait un rayon de soleil sur les gens qui les entouraient. La famille des deux côtés, était très présente, et Rose et Blanche vécurent une enfance heureuse, inondée d'amour, entourée de leurs parents, de leurs cousins, tantes, oncles, et (...)

marre

Marre d'être seule, marre de pas savoir quoi faire de mon temps, marre de pas avoir réussi à me faire des amis, marre d'avoir capitulé trop vite, marre de me faire des idées, marre d'ici, marre du mauvais temps, marre du programme télé de merde. (...)

Petite Crise

Hier soir, encore eu la peur de ma vie. Je crois que j'ai encore eu plus peur que quand le fou m'a abordé dans la rue. Et en y réfléchissant je me rends compte que c'était peut-être un peu démesuré. Je dormais, paisiblement, gentiment, quand mon téléphone a sonné, vers 23h30. A moitié dans les vappes je réponds. Personne. Ou quelqu'un qui se tait. Je raccroche, ferme les yeux. Ca re-sonne. Allo ? personne. Je raccroche, je tente de trouver comment couper le son de mon téléphone, ça resonne. Allooo ?? ya quelqu'un là ? et là, quelqu'un parle, ou plutôt chuchote. "Ca (...)

Dommage

Pf...trop de films tuent les films. La semaine dernière échange de mails assez implicite avec Peter, ou il en ressort qu'on aimerait bien se voir. Lundi, il me demande "quelque chose de croustillant à me raconter ?", je dis non, et toi, il me dit "si je t'avais vu ce week-end yen aurait peut être eu du croustillant...", puis de rajouter "c'est dommage d'ailleurs". Lundi soir, il m'appelle, "parce qu'on fait que se croiser sur internet", conversation courte (parce que pas beaucoup de forfait) mais sympa. Mardi, il me répète qu'il aurait bien aimé me voir, mais que ça ne saurait (...)

Pathétique

Et voilà, à cause de ça, je retombe dans mes interrogations pathétiques, du genre : pourquoi je suis seule, pourquoi personne ne veut de moi, pourquoi j'ai jamais eu d'histoire sérieuse, je dois avoir un problème c'est pas possible autrement, je suis trop chiante comme fille c'est ça, trop collante, je pose trop de questions...mon chef a raison, j'ai pas assez confiance en moi, mais on fait comment pour avoir confiance en soi, hein... Toujours à me lamenter sur mon sort, aussi. Pathétique, je vous dis. (...)

Santeria

Tout à l'heure, dans le train pour aller chez mon cousin, je lisais, musique dans les oreilles. Et puis tout à coup, la chanson Santeria de Sublime a commencé. Et là, impossible de me concentrer pour lire. C'est une chanson qui s'écoute les yeux dans le vague. La première fois que je l'ai entendue, c'était quand le frère d'Océane et un ami à lui la hurlaient plus que ne la chantaient. J'avais 15 ans, eux 18, ils écoutaient de la musique, on discutait à côté tranquillement, et puis Santeria a commencé et ils ont augmenté le volume, et chanté, pour nous faire découvrir. C'est (...)

mon été

J'aurais passé mon été à : me plaindre regarder la télé, autant les programmes belges (Friends, The Savages, en fait surtout des séries américaines sous-titrées en néerlandais) que les programmes français (Hélène et les Garçons, sur AB3, Plus Belle La Vie,...) téléphoner à des clients pour les relancer, alors que dans mon for intérieur, j'aurais préféré qu'ils ne viennent pas, au moins j'aurais été tranquille attendre que les gens viennent vers moi marcher le long de l'Avenue Louise pour aller dans le centre, puis revenir, belle balade de 1h30, sans compter (...)

The Way I Feel

Mélange bizarre d'émotions, aujourd'hui. J'ai hâte d'être à 16h, je pars d'ici, direction l'aéroport, et ce soir je suis à G*, chez Océane, prise dans un week-end bien rempli. En même temps, comme à chaque départ, ça me fait peur. Et si je n'avais pas saisi l'enjeu d'être ici ? et si, là-bas, je m'ennuie, j'ai froid ? j'ai peur de trop attendre de la Scandinavie, j'ai peur qu'à force de m'être tournée vers ce week-end en France, puis ce séjour Erasmus, j'ai loupé beaucoup de choses ici. J'ai peur de comprendre, trop tard, que je ne reviens plus ici, Bruxelles, c'est (...)

Week-end dernier

Demain, ça fera une semaine que je suis arrivée ici. Mais en une semaine, il s'est passé tellement de choses...je vais commencer par le week-end dernier. Vendredi après-midi, je suis au boulot, c'est mon dernier jour, je flotte littéralement dans les airs. Vers 15h ma chef me dit que je peux partir. C'est trop rapide, j'y crois difficilement, et pourtant, c'est bien moi qui vais dire au revoir à tout le monde, leur explique que je pars en Scandinavie, et monte prendre mes valises pour aller à l'aéroport. Elie m'accompagne jusqu'à l'aéroport...c'est vraiment un ange. De la (...)

Le Départ

Lundi matin, Océane, Marie, son copain et moi partons vers 8h, ils doivent m'emmener à la navette pour l'aéroport. En fait surprise, ils m'emmènent directement à l'aéroport de L*. Ca me fait super plaisir, ça me touche. On arrive à l'aéroport, on met les bagages sur le chariot, on arrive devant l'écran des départs, et là, surprise, ya pas mon avion. Le copain de Marie regarde, et puis il éclate de rire, "regarde, Lili, tu pars pas de l'aéroport mais de la gare, tu sais pas lire ou quoi ??". En gros j'ai joué au boulet dans toute sa splendeur...mais comment je pouvais savoir, (...)

Ce Que Je Pense

Mon état d'esprit du moment, c'est : je suis assise à une table, dans un bar, ou restaurant, ou à la cafétéria de l'école, et je regarde autour de moi. Je me rends compte en regardant les écritures que je suis en Scandinavie, que je ne comprends pas ce qu'il y a écrit. Mais cette langue a quelque chose de sécurisant. Et je me rends surtout compte de la chance que j'ai d'être ici, de pouvoir vivre ici. Et puis je regarde les gens, et ça me fait sourire. Autour de la table, des Turcs, des Russes, des Allemands, des Français. On communique tous, grâce à l'anglais, et nos (...)

Aujourd'hui

Aujourd'hui, journée tranquille. Mais c'est fou ce que les journées passent vite ici. Me suis réveillée en même temps que mes colocs, qui, les malchanceuses, avaient cours. Moi non...je flemmarde, je parle sur msn, je prends un énorme petit dej, je change les meubles de place dans ma chambre, bref, je m'occupe. J'ai aussi eu ma mère au téléphone qui m'a annoncé le prix du billet de retour...et dans ces moments-là je me demande pourquoi j'ai pas pris direct l'aller-retour, parce que ça me coûte deux fois plus cher. Enfin tant pis...mais ça me fait bizarre de prévoir ce retour, (...)

Ca l'est

Plein de choses. Les musiques que j'écoute...me rappellent plein de choses. Là, je sais pas, plein de musiques de la compilation d'Arthur, qui font remonter plein de souvenirs. Une sorte de nostalgie généralisée. Enfin un sentiment confus, quoi. Puis comme musique, l'Italie, Negramaro, Ligabue, les chansons qu'on écoutait là-bas...cette année ici je parle beaucoup de l'Italie l'année dernière, sorte de comparaison, là-bas c'était comme ça, on faisait ci, ça, avec Lorraine, ...une nostalgie, aussi, parce que c'était vraiment bien, mais en même temps je suis tellement bien ici. (...)

Mon Rêve

Marrant. Cette nuit, un rêve un peu troublant, bien que totalement irréel. Mes parents me disaient qu'ils avaient rencontré Peter, lors de leurs vacances dans le Sud, alors j'y allais, et il était là, s'excusait de pas avoir donné de nouvelles, me donnait des bonnes raisons, et me disait qu'il pensait m'aimer, qu'il voulait construire quelque chose avec moi. Et il m'embrassait. Au réveil, les deux premières secondes étaient merveilleuses, parce que je venais de passer la nuit dans ses bras, et les secondes suivantes décevantes, parce que je me suis rendue compte que c'était (...)

Mon Rêve Encore

Je suis encore troublée par ce rêve. Surtout par le fait qu'il ait été suivi par un mail de Peter. Insignifiant...mais il y a quelques jours, j'ai fait un rêve à propos de mon père, où il me disait qu'il était déçu par mon attitude quand je buvais un peu d'alcool...je sais que ce rêve fait suite à une réflexion d'un des Turcs, qui m'a dit "vendredi soir, tu étais bourrée, Lili, t'as vu tout ce que t'as bu ?" euh...trois bières ?? et j'étais pas bourrée du tout, tu m'as jamais vu bourrée...juste parce qu'il ne m'a pas vu de la soirée, que moi en soirée j'aime bien (...)

Le Monde est Petit

Marrant, encore. Je savais que cet Italien, Erasmus aussi, étudiait dans la petite ville où j'ai fait Erasmus l'année dernière. Pourtant, on ne se connait pas, il connaissait seulement l'autre Française qui était avec nous là-bas. Hier soir, petite soirée pour l'anniv d'une copine, je demande à Marco comment il connaissait cette Française ; en fait, c'est parce qu'elle connaissait Nicolas, me dit-il, son tuteur ; Nicolas était aussi le coloc de Marco. J'ai réfléchi, et je lui dis, mais je suis déjà allée chez Nicolas, l'année dernière, juste avant une soirée...Marco me (...)

Hier

A chaque fois, je me le dis, que je suis contente d'être ici. Et les journées passent à une vitesse hallucinante. Hier, rien fait de spécial, à part traîner en ville avec Pauline. Shopping. Envie de m'acheter des choses, impression de rien avoir dans mes placards...mais bon, on s'est surtout calées à une terrasse, sur l'Esplanade, pour regarder passer les gens, et parler un peu. Des fois, je me dis que j'aurais bien aimé partir toute seule. Je sais que je me dis ça parce qu'ici, avec Vivi, j'ai retrouvé des gens avec qui je m'entends bien, et que sinon Pauline serait mon (...)

Mes Amis

Des fois, je me dis, j'ai des amis bizarres. Ils sont bêtes, mes amis. Ils ont un humour complètement débile... Mais qu'est-ce que je l'aime, cet humour débile...parce que je suis pareil, que moi aussi je dis que des conneries, et que je me sens souvent très seule...comme quand quelqu'un me demande "où est ce truc ?", une envie de répondre "dans ton Q !!", parce qu'entre nous, on le dit tout le temps...une blague toujours répétée...ou alors, quand quelqu'un ne comprend pas quelque chose, "le gars, il s'appelle On...et il a un phare..." avec mes amis, ça marche à tous les coups, (...)

Ma Musique

Depuis que j'ai mon lecteur MP3, je m'arrête plus d'écouter de la musique quand je suis toute seule, dans la rue, le bus, le train,...et j'ai souvent envie de chanter à voix haute, parce que j'ai l'impression que si moi j'entends cette musique, tout le monde l'entendra. L'année dernière, en Italie, avec Lorraine, on dansait même en marchant dans la rue, chacune avec un écouteur dans l'oreille, sur "Funky Times", ou en chantant à tue tête sur "ma révolution" de Jenifer. On ne comptait même plus le nombre de gens qui nous regardaient bizarrement nous trémousser et nous époumonner. (...)