La bulle de Lili

← Retour au journal

juin 2006

This is over

Finiiiii....ça y est, moi aussi je suis en vacances. j'ai tellement attendu ce mois de juin, et ça y est, on y est déjà...on est le 1er juin, échéance attendue depuis le mois de février, qui pourtant ne me semble pas si loin que ça...passé super vite ! Revenue à B*, après une petite soirée de "au revoir "avec ma classe...relativement triste, mais j'ai pris mes précautions : ne pas boire pour ne pas pleurer (l'expérience de l'année dernière m'a instruit). J'ai pris la voiture, histoire d'être sûre de moi. Du coup je suis rentrée à 1h, alors que Lia, qui a continué la (...)

Mon sourire

Tout à l'heure, dans la rue, j'ai souri, j'arrivais plus à m'arrêter. Pourtant, je partais de chez le coiffeur, chez qui j'avais pris rendez-vous à 16h, et comme à 16h30 une dame m'est passée devant, je suis partie en disant que je reviendrais un autre jour s'ils étaient trop occupés (excuses confuses de la coiffeuse, elle a dû se rendre compte qu'elle a perdu une cliente). J'étais pas super contente. Et puis, d'un coup, en marchant dans la rue, j'ai tourné la tête, je me suis vue. J'ai vu mes cheveux, qui, finalement, n'étaient pas si mal. J'ai pensé que je les couperais (...)

mon Revival

Cet après-midi une amie de ma mère est venue prendre le thé, avec sa fille de 15 ans, Aline. Aline voulait me demander des conseils sur son orientation ("je fais S ? ou ES ? je sais pas quoi faire !" ), et j'en ai profité pour lui donner toutes les affaires dont je ne veux plus, triées dans mon armoire (hé oui, je vais encore devoir faire face aux 20 kgs de bagages pour partir, cette fois, le micro-ondes est définitivement hors concours). Finalement, après une petite demi-heure où je joue la conseillère d'orientation, je me retrouve à parler avec elle de ce sport qui anime ma (...)

mon dixième abonné

Aujourd'hui, deux faits inhabituels. D'une part, j'apprends que j'ai 10 abonnés à mon journal. 10 personnes qui reçoivent mes écrits dans leurs boîtes mail. 10. C'est beaucoup. Enfin je trouve. D'autre part, je connais mon dixième abonné. C'est Thibault. C'est celui qui m'a aidé (enfin qui a tout fait surtout) à remanier un peu la présentation de ce site. Merciii... Thibault, c'est une histoire qui dure depuis sept ans. Une belle histoire d'amitié. On s'est connus sur un chat, en seconde, toi dans ton île, moi à B*, et on s'est suivis depuis, des fois d'un peu loin, mais (...)

Going to miss it

Ce soir, puisque c'est un de mes derniers soirs ici, mon beau-père nous a emmené dans un restaurant, que j'avais choisi italien, histoire de se rappeler des bons souvenirs...pour y aller, on a dû passer un col, faire 40 minutes de route. 40 minutes pendant lesquelles j'ai préféré me concentrer sur le paysage, histoire de ne pas avoir trop mal au coeur dans tous ces virages. Et c'est là qu'une fois de plus, je me suis rendue compte de la beauté de ce paysage. De la beauté de mes montagnes. Et plein de petits souvenirs sont revenus, et j'ai envie de les noter, pour les oublier encore (...)

Argh

Ce soir, j'ai fait mon rituel préféré de quand j'étais en terminale : j'ai fait couler un grand bain, j'ai mis du produit à l'abricot dedans, j'ai choisi un bon CD (en l'occurrence la BO de "Cruel Intentions"), et je me suis plongée dans mon bain et dans de grandes réflexions, visant à diminuer ce stress qui ne cesse d'augmenter à mesure que le départ approche. Parce que, je le répète depuis au moins trois mois, mais ça y est, je réalise enfin que je pars pour un bout de temps. Jusqu'en décembre, en janvier pour certains, puisque j'ai décidé d'aller passer la fin de 2006 (...)

De l'air, vite

Et évidemment, en ces veilles de départ, il fallait s'en douter, ma mère devient plus possessive et étouffante que jamais. Lili, on prépare tes valises...quoi tu n'emmènes pas ce petit pull ? mais il te va si bien pourtant...Lili, ce short, au cas où tu vas à la mer...(oui, mais c'est la mer du Nord maman, fait jamais très chaud là-bas, enfin bon) Lili ! t'as préparé tes affaires dans ton sac à dos ? (maman, je pars mardi, on est dimanche, je pense que j'ai le temps)...Lili, t'as pensé à ci ? à ça ? tu veux que je t'aide ? attends, je vais te ranger ça, sinon tu vas (...)

J'y suis, j'y reste

Et voilà, j'y suis, dans cette ville que j'aime...et j'ai pas l'impression d'en être partie, tout est tellement naturel, je retrouve mon chemin, je reconnais des lieux....j'adore être ici. Des flashs, quand je suis dans la rue, je retrouve des émotions de l'année dernière, quand il y avait Arthur...la fête nationale, je la revois, les magasins faits ensemble, les gaufres,...tout me revient, je suis un brin nostalgique, mais tellement bien...et puis les gens sont tellement gentils avec moi, tous, contrairement à l'année dernière... Et puis au boulot...gens gentils, qui m'ont (...)

Agir puis réfléchir

Hier je me suis vraiment sentie mal, tout l'après-midi et toute la soirée. Ce matin ça a continué, là ça va mieux, mais parce que je suis loin, que je suis partie de Bruxelles pour la journée. Mais ce soir, demain, quand viendra le moment où je le verrais, je sais que mon estomac va se nouer et que ça va pas être facile. Pourtant je l'ai vu, hier. Quand je suis rentrée, il était là, avec mon coloc, à chercher quelque chose dans l'appart. Il m'a vu, j'étais fatiguée, en tenue de touriste (short et petit débardeur) que j'utilise pour traîner chez moi. Il vient me parler, je (...)

bouh

Pf...moment de découragement aujourd'hui...je sais pas, une mauvaise journée, au boulot, et dans mes relations avec les autres aussi. J'aime pas ça. Je suis pas à l'aise dans ce boulot, ce côté commercial, j'aime pas, c'est pas moi...ce n'est qu'un stage, mais j'enchaîne les conneries, parce que je n'arrive pas à penser à ce qu'il faut faire ou ne pas faire. On doit tout le temps m'aider, j'ai l'impression d'être une assistée, j'arrête pas de poser des questions, et chaque initiative que finalement je prends se révèle un désastre. J'appelle un client, je lui parle, j'ai envie (...)

Autoportrait

Les gens me voient comme une fille petite. Quand je leur dis que je suis un peu grosse, généralement ils disent "tss oui c'est ça t'as surtout des gros os...". Mais en fait, ce qu'ils ne voient pas, c'est que je suis disproportionnée. Des petits seins, des grosses fesses, des grosses cuisses. Et que des fois je me sens tellement disproportionnée que je me sens pas à l'aise dans mon corps, que j'ai l'impression d'être une géante coincée. Quand Marie essaye mes jeans, par exemple, et qu'elle flotte dedans. Même si je sais que Marie fait du 34. Les gens voient pas qu'à 15 ans, (...)

Je pourrais écrire

Quoique je puisse en dire, ça va mieux. J'ai décidé de positiver ce matin, alors ça va. Mais toute la journée, j'avais des choses à écrire ici. Alors ce soir, j'y suis venue. Même si ça me prend du temps de venir jusque dans ce cyber. En me baladant pour venir, plein d'idées me viennent pour écrire. Ah oui, je pourrais écrire ça...et ça aussi... Je pourrais écrire que je me fiche complètement du foot. Que ça me ferait plaisir si la France perdait la Coupe du Monde, parce que tout le monde me fait tellement rire, comme si on avait toujours été les champions du monde... (...)

l'autre soir

L'autre soir, en rentrant du cyber café, j'allais bien. J'ai mis 30 minutes à me dire que finalement, j'étais bien, peut-être seule, ici, mais c'est ponctuel, et puis je suis heureuse. 30 minutes à me rassurer sur mon stage, que ça allait bien se passer. J'étais bien, finalement. Je souriais, un peu, dans la rue. Et puis un vieux monsieur qui me suivait est venu me parler. Un homme petit, la cinquantaine, transparent, rien de particulier. Je me suis pas inquiétée. Il me demande si je suis française, oui, je pensais qu'il allait me demander sa direction. Il enchaîne, vous vous (...)

Ordinary day

Hier soir, à cause de ce qui s'est passé jeudi soir, impossible de me motiver à sortir. Mal à l'aise. Je reste donc chez moi, mes colocs travaillent tous, j'en croise un que j'implore de rester à Bruxelles pendant ses deux jours de congé, mais il préfère rentrer chez lui. Il me promet quand même que la semaine prochaine, je ne serais pas tout le temps toute seule, que ses horaires sont plus réguliers, comme les miens. Cool. Je m'entends bien avec lui, c'est un Hollandais, et on parle anglais ensemble. On regarde la télé ensemble, la plupart du temps. On met une chaîne hollandaise, (...)

ma déprime

Mon début de semaine a été mouvementé, d'un point de vue psychologique. Hier, au boulot, j'entends ma collègue téléphoner à un client, et en gros je comprends qu'elle fait mon travail. Le travail qu'ils m'ont demandé d'effectuer pendant mon stage pour, justement, la soulager. Elle est en train de le faire. Tout de suite grosse réflexion qui se met en route dans ma tête : elle le fait parce qu'elle a compris que j'étais incapable de le faire. Elle le fait parce qu'elle sait que de toute manière, je suis trop nulle pour le faire. Elle le fait parce qu'ils se sont concertés, ont (...)

waouh

Hé ben voilà. J'ai stressé, je me suis plaint pendant un bout de temps, j'ai envisagé ma vie sans. Et finalement, le couperet est tombé : j'ai ma licence, mention Bien. A ma grande surprise. Je pense qu'ils me l'ont donné par gentillesse...16 en compta ! waouh, je m'impressione toute seule. Alors voilà, je l'ai, je suis prise en master, c'est sûr que je pars en Scandinavie. Je refais ma vie avec la certitude d'avoir mon master...youpi jsuis trop contente !!! (...)

mon petit week-end

Envie de raconter mon week-end... Vendredi soir, coup de téléphone...mon cousin Jules qui m'appelle, pour savoir ce que je fais ce week-end. Je dis mon cousin, mais c'est un cousin éloigné, nos parents sont cousins. Il est venu à B* il y a dix ans en vacances au ski, on le voit à chaque mariage et à chaque enterrement de la famille, il a 25 ans. A la fête de famille, en mars, quand je lui avais dit que je venais à Bruxelles, il avait dit que c'était sympa, que je pouvais l'appeler si je voulais. Je n'avais pas son numéro, lui avait le mien. Vendredi il appelle donc, me dit que le (...)

oui, ça va

Hier journée passée à ne rien faire...après être allée au cyber café en face de chez moi (je n'aurais jamais dû faire cette découverte) je traîne dans les rues, à la recherche du Quick que j'ai croisé sur ma route un jour...la ville est déserte, l'air est lourd, ça sent la pluie, et puis, une sorte de vide-grenier fantôme, dans les rues, des gens qui vendent leurs marchandises, mais personne pour les acheter il fait trop mauvais pour sortir...je m'achète deux magazines de fille, je rentre dans le Quick, mange un bout, puis repars lire le reste de mes futilités sur mon lit... (...)

Bientôt le week-end !

Et voilà, dernier après-midi de la semaine au boulot, je m'ennuie...mais dans trois heures, direction Paris, je suis vraiment contente d'y aller ! La semaine est passée vite...mercredi soir, pas de concert, mais un dîner avec Jules et son ami que j'appellerais Jim, histoire de faire dans le clin d'oeil cinématographique...sympa, mis à part que j'ai dit à Jim de choisir le resto parce qu'il connait Bruxelles mieux que moi, et qu'il nous a emmené dans un coin très touristique, avec que des touristes autour, j'étais un peu déçue...je préfère tellement les restos "autochtones" (...)