La bulle de Lili

← Retour au journal

février 2006

Un immense bordel

Et voilà, emménagement dans mon, notre, nouvel appart, que je partage avec Lia. Un appartement vraiment de filles, mignon...j'ai fait appel à Antoine pour m'aider à décharger la voiture. Il est venu de G* pour m'aider à sortir le fauteuil et la table basse. Il est adorable. C'est quelqu'un que je n'aie pas besoin de voir, mais je sais que je peux toujours compter sur lui. Arrivés à l'Ecole, bizarre de se retrouver tous après 10 mois de séparation, bizarre de voir qu'il y a des nouvelles personnes dans notre classe qui se connaissent déjà très bien, qui se sont appropriés (...)

Un tourbillon

Voilà, c'est ça : depuis que je suis revenue à C* je suis prise dans un tourbillon pas désagréable du tout. Entre les cours, qui ont commencé officiellement hier, les journées d'intégration avec tous les nouveaux de notre classe, et les soirées avec les anciens, je ne sais plus trop où donner de la tête, et surtout je manque de sommeil. Et je suis à la limite de râler parce qu'on enchaîne pendaisons de crémaillère, soirées crêpes, lasagnes, et tutti quanti. Et que c'est mauvais pour ma ligne tout ça. Et pour ma ligne, c'est pas forcément très bon. Mais bon, je suis (...)

La sieste s'impose

Toujours aussi occupée. La fatigue commence sérieusement à se faire ressentir, avec Lia dès qu'on rentre de cours on va se coucher, dormir une heure, histoire de tenir un peu plus longtemps. La fin de la semaine approche, ça va se calmer, on part déjà tous pour le week-end, et puis, on a beau être une quinzaine, ça commence doucement à me peser de voir toujours les mêmes personnes. Même si je les adore, j'ai envie de voir d'autres gens. Encore repoussé la soirée à G* pour l'anniversaire d'Amandine, pour causes de problèmes conjuguaux entre Antoine et sa copine. Ca m'arrange (...)

Mon week-end

Un petit week-end passé dans le coeur de la France, où j'ai passé la plupart du temps à dormir. Ca fait du bien. Aucun bruit autour de la maison, un soleil radieux, qui donne envie d'aller se balader dès le réveil. Un week-end passé tout tranquillement au centre d'une famille aussi, la mienne mais pas tout à fait non plus. Mais un week-end bien agréable quand même... Là, envie de partir, d'être en vacances, de partir dans cette petite île ou les deux petits bouts de chou n'attendent que de me connaitre. Enfin du moins, je l'espère. Parce que dans mon cas, c'est vrai : je (...)

Je sais pas

Je ne sais pas si je suis heureuse dans ma vie. Je ne sais pas si elle me correspond, si c'est ça que je recherchais vraiment. Quand je pense à ma vie à C*, vu d'ici, elle me donne pas envie. J'ai pas envie de rentrer. Pourtant, avant les vacances, j'adorais... C'est peut-être d'être ici, à 10 000 km de la métropole, qui me fait ça. D'être complètement déphasée, puisque je suis arrivée en plein été, alors que je suis partie avec ma veste, mon pull d'hiver,...ici, rien de plus qu'un short, débardeur. Pieds nus, ou en tongs. C'est tellement agréable...je suis chez mon frère et (...)

le paradoxe

On me dit que je manque de confiance en moi. La façon dont mon frère me l'a dit à Nouvel An m'a le plus touché. Et puis depuis cette soirée...un ami m'a dit que je me prenais trop la tête sur la façon dont les gens me voyaient. Je veux trop que tout le monde ait une bonne opinion de moi. Le pire c'est que c'est vrai. Mais il y aurait pas une sorte de paradoxe ? pourquoi ceux qui s'en foutent, de l'opinion des autres, c'est toujours les gens les plus prisés, aimés ? (...)

c'est donc la fin de l'été

Enfin en tout cas pour moi, puisque je m'en vais de cette île paradisiaque ce soir. Je n'ai pas mais alors pas du tout envie de rentrer. Je suis bien ici, au chaud. Même si je me plains qu'il fait trop chaud, je crois que je préfère ça au froid de l'Hexagone (et même de l'Europe toute entière). Et puis quand je pense que je vais passer l'été en Belgique, puis quatre mois dans un pays où il fait très très froid, tout là-haut...je me dis que je dois bien profiter de mes dernières minutes d'été avant un certain bout de temps. On s'habitue très vite à s'occuper de petits (...)