La bulle de Lili

← Retour au journal

décembre 2005

Ma vie parisienne

Et voilà, quatre jours passés à la vitesse de la lumière...énorme cliché que je vais dire, mais on attend ces jours pendant des semaines, le temps s'étend, et pourtant quand on les vit, ils passent deux fois plus vite... Premier jour passé à me retourner sans cesse quand j'entends parler français dans la rue, avant de réaliser que c'est normal, en France. Puis trois jours passés à me promener au coeur de la capitale, à re-re-revoir les lieux déjà vus vus et revus, à revoir plein de gens, dont Anne, de Bruxelles,...et Arthur. Arthur extremement décevant, qui m'emmène (...)

Cinq jours

Cinq jours...je suis en France dans cinq jours...tout se précipite, je sais que je reviens ici en janvier, mais je sais que ce ne sera plus pareil. Et je commence à me demander pourquoi je me sentais mal ici, parce qu'au moment meme ou j'écris ça me fait peur de rentrer en France. J'ai l'impression que je ne manque à personne, alors autant rester ici... Week-end dans la capitale, un de plus, où encore une fois on fait la fete, beaucoup, mais on avait déjà commencé à la faire ici, alors enchainement...c'est ça la vraie vie Erasmus. La vie que j'attendais ici. Et elle arrive une (...)

Deux d'un coup

Je ne l'avais pas dit, mais je suis tata. Ils sont nés la semaine dernière, avec un mois d'avance environ, une petite nièce, Hortense, et un petit neveu, Charles. Avant de voir les photos je me disais que ça ne serait que deux bébés de plus. Des bébés quoi, qui ressemblent seulement à des bébés. Mais je dois me rendre à la réalité : ils font partie des plus beaux bébés du monde ! et je sais que c'est un point de vue totalement subjectif. J'assume. Soit dit en passant, vu le nombre d'anniversaires que je viens de feter, je trouve qu'il y a beaucoup de naissances vers fin (...)

Rien n'a changé

Et voilà, je suis encore là, dans cette chambre, face à cet ordinateur, comme il y a trois mois...et pourtant là je me sens bien, je suis contente d'etre revenue. Je retrouve ma petite routine, mes petites habitudes, je suis au chaud, dans une petite bulle, et ça me plait. Je n'ai pas encore envie de penser à toutes les choses que je dois faire pendant ces vacances, non, non, pas encore, laissons passer la fin de la semaine, on verra après...je suis seulement là depuis midi, et déjà beaucoup de choses d'effectuées ! Revu ma famille, retrouvé mon appartement; aller faire les (...)

Alors, raconte...

Discussion avec une amie sur MSN. Alors Lili, l'Italie, les Italiens ?? raconte un peu ! Et la seule chose que j'ai envie de lui dire, comme j'ai envie de dire à tout le monde, c'est : en Italie, oui, j'ai craqué sur quelques personnes. J'en ai embrassé quelques unes d'ailleurs, mais ça s'est toujours soldé sur une histoire bizarre, ou nulle. Henri, à Rome, et le coloc italien des filles...histoires sans lendemain, même si avec Henri ça a duré plus longtemps. Denis, dans notre petite ville, dans une soirée bien bien arrosée, qui veut une histoire avec moi, "mais une histoire (...)

Boire n'est pas forcément une solution

Et voilà, rentrée de soirée...et encore déçue par ces gens qui n'aiment pas la musique, donc qui veulent rentrer tôt... Je sais qu'à l'instant présent j'ai un peu trop bu pour être lucide, mais ça m'énerve. Ca m'énerve d'être descendue de la voiture de Léonard sans avoir rien tenté, ça m'énerve d'avoir passé la soirée à ses côtés en n'ayant qu'une envie, le toucher, l'embrasser, et ne pas pouvoir le faire car...en fait une certaine barrière entre nous que je n'arrive pas à franchir. Sans doute la barrière d'internet, on s'est trop parlés sur le Net pour pouvoir (...)

Radotage

Plein de choses m'énervent en ce moment. Mon beau-père, qui, l'autre soir, m'a demandé si mon petit copain italien m'avait emmené Piazza di Spagna, au détour d'une conversation sur Rome. Je souris, ne réponds pas. Je n'ai pas de copain italien, faudra vous le dire combien de fois. Il m'avait fait le même coup quand je suis revenue de Bruxelles. Alors ton copain belge ? Mon frère, pareil, qui me dit, "si tu y retournes si tôt, début janvier, alors que t'en as pas vraiment besoin, c'est que t'as un copain là-bas"...non non, c'est que je veux visiter..."non Lili, c'est bon, tu peux (...)

A méditer

Quand je compare ma soirée d'hier à la soirée d'aujourd'hui, c'est fou comme je peux les trouver différentes. Hier soir j'étais avec le groupe de personnes que, quand on était au lycée, tout le monde enviait...ils sont trop beaux ces gars, ils ont l'air trop cool !! bon, on a un peu changé depuis, eux ont un peu stagné, mais bref, je passe la soirée avec eux, et je me rends compte que ormis (hormis ? pas sure de l'orthographe) une personne, je ne suis amie avec aucun d'entre eux. Je ne peux pas les appeler pendant l'aprem, salut, on va boire un coup, non, ce sont des personnes (...)

Le retour du frangin

Retour de mon frère à la maison. Je rentre, après deux jours passés à C**, à la recherche d'un appartement pour février, et il est là, couché dans le canapé comme d'hab dès qu'il est ici. On est pas des tendres avec mon frère, on s'appelle pas régulièrement, en trois mois je l'ai appelé deux fois, pour m'incruster à Paris chez lui, et pour le cadeau de Noël de Maman. Et on se manque pas, ça a toujours été comme ça. Et pourtant...il est rentré, et je suis contente de le voir là. Je râle parce qu'il a mangé mes chocolats de l'Avent, parce qu'il laisse tout trainer, (...)

Nowel

Et voilà, encore une année de passée, je rentre dans les clichés mais c'est fou ce que le temps passe vite ! J'ai découvert qu'en Italie j'avais bien plus appris à faire la fête que certaines personnes restées ici, si j'en crois les dernières soirées que je viens de faire, entre personnes qui ne boivent pas et personnes qui sont fatiguées à 23h. Ca arrive, je suis d'accord, ça a toujours été comme ça pour la plupart d'entre eux, je suis aussi d'accord, mais bon, que voulez-vous, maintenant ça m'ennuie. J'ai envie de bouger, de rencontrer des nouvelles personnes, et puis (...)

Je crois que j'aime pas Noël

Constatation faite ce soir : à quoi ça sert réellement Noël à part te rendre compte que toi t'as pas d'amoureux à qui offrir les cadeaux, et que les gens avec qui tu aimes le passer, comme tes frères par exemple, préfèrent le passer du côté de leurs amoureuses...bon yen a un que je comprends parfaitement, il habite à 1000 km d'ici. Mais l'autre fête Noël depuis quatre ans avec sa copine, et chaque année nous promet que l'année prochaine ce sera avec vous. Et moi comme une conne j'y accorde de l'importance, et ça me fout le cafard, les soirs de Noël. En fin de compte (...)

Une chanson italienne

De retour de mon deuxième Noël, celui-avec-mon-frère, où on a passé une bonne soirée (soit dit en passant c'est la première soirée non alcoolisée avec ma famille, et ça fait du bien d'y voir clair pendant que les autres sombrent petit à petit...). Sur le chemin du retour, je conduis, et d'un coup une chanson qui attire mon oreille...je monte le son, je leur fais signe de se taire...c'est Laura Pausini, La Solitudine...je n'aime pas spécialement cette chanson, et je sais qu'en Italie ce n'est pas forcément une artiste très appréciée, mais d'entendre parler italien m'a mis les (...)

Mon découvert bancaire

Courageuse, je me dis, Lili, regarde ton relevé de compte, savoir où tu en es...je ne pensais pas me retrouver face à un petit découvert bancaire, qui fait mal, surtout quand on ne s'y attend pas. Courageuse, mais pas téméraire. Je crois que je suis d'une nature assez radine, et que j'ai tendance à m'affoler assez rapidement. Mon Dieu ! mon argent ! où est-il ! qu'en ai-je fait ! et là je me repasse, dans ma tête, une boule dans le ventre, tous mes achats inutiles : mes nouvelles chaussures (deux paires en plus), ma nouvelle jupe, ces boissons en boite dont j'aurais très (...)

Chez le coiffeur

C'est toujours la même chose. A chaque fois, je me regarde longuement dans le miroir, je me contemple, et je me convainc que ma coupe de cheveux ne me va plus. Que ces cheveux qui pendent, là, c'est trop long, il faut couper, il faut mécher, il faut changer. Alors je consulte mes amis, même si je sais pertinemment qu'ils ne verront pas le changement, ils disent, oui, peut-être, je sais pas, essaie, c'est qu'une coupe, ça repoussera si c'est raté. Je me tâte, j'hésite, et puis d'un coup ça vient, je téléphone au coiffeur, je prends rendez-vous pour le plus vite possible. A (...)

Trop d'égoisme

Je suis quelqu'un de trop égoiste. Et à chaque fois, je le sais, et je l'oublie. Hier soir, Marc, sur msn, me dit "on sort ce soir ?", je lui dis "oui, mais moi j'ai repas de famille, je sais pas à quelle heure je sors..." "pas grave, on t'attendra à tel bar, tu nous appelles"... Je sors de mon repas, j'appelle Marie, ma meilleure amie, pour la rejoindre, je la rejoins avec son copain, les amis de son copain, dont Léonard, et on va dans un autre bar...quand je préviens Marc (il est alors 23h, il est dans son bar depuis 21) il le prend mal, et depuis ne me parle plus. Je sais, je sais, (...)

Envie de fuir

Comme à chaque fois qu'un problème, minime soit-il, pointe le bout de son nez, c'est la même chose : j'ai une envie de fuir, de me rencogner dans une petite bulle, de ne plus rien entendre, ne plus rien voir, attendre que ça se passe, que ça se calme, et ressortir, fraiche, souriante, reposée, aimée de tous. Je voudrais tellement être parfaite, être conforme à l'idée que les gens se font de moi, n'avoir aucun défaut...mais je déçois tellement tout le monde, il faudrait que je disparaisse, je crois que c'est le mieux. Du coup, aujourd'hui, pas envie de sortir, envie de passer (...)

Une fois n'est pas coutume

Hé oui, une fois n'est pas coutume : faisons un bilan de l'année 2005 qui vient de s'écouler ! D'abord les points négatifs... * Je n'ai toujours pas trouvé l'amour de ma vie J'ai pris trois kilos en Italie* Je pense que je suis toujours aussi égoiste* J'ai perdu mon grand-père, début janvier ma belle-soeur ne va pas bien je ne suis plus sûre du tout de mon orientation... je commence à oublier des passages de soirées quand je bois trop...*... et je fume aussi quand je bois trop, pas bien j'ai beaucoup dépensé d'argent, beaucoup trop Pour l'instant je crois que je n'arrive (...)

Une histoire de poules, en fait

Hier soir, motivation, une amie m'appelle de sa petite ville très haut perchée pour me dire qu'ils font la fête, nous demande si on peut venir...ce n'est qu'à une heure de route, on acquiesce, enthousiastes : c'est pas tous les jours qu'on la voit et qu'on peut faire la fête de manière digne (et pas seulement comme mes amis d'ici l'entendent, c'est-à-dire en étant rentrées à 2h du matin...) Et puis en fin d'après-midi, la neige, qu'on n'attendait plus, vient ruiner nos ambitions. Trop de neige, partout, on ne pourra y aller que si des personnes avec des pneus neige sont motivées (...)

Ce n'est qu'un prénom, après tout...

Hier soir, dans le bar du planteur, apparait Stéphane, qui était en seconde avec Jeanne et moi. Il nous fait la bise quand on le croise dans la rue, c'est un "ami-ciao" comme dirait ma colocataire Lorraine, c'est le traditionnel "salut ça va ? oui moi aussi." Et puis rien d'autre à se dire, bref, comme tout le monde après des années où on ne s'est pas vus. Durant la soirée je suis prise d'un doute. Nous sommes tous les trois, Jeanne, Stéphane et moi, à parler, et d'un coup je lui demande "tu te souviens de nos noms au moins ?" ...là, gros silence gêné, non, il ne se souvient (...)

J'aimerais bien...

J'aimerais bien être heureuse de ce que j'ai. Ne pas chercher tout le temps à avoir plus. Arrêter d'être jalouse du bonheur des autres, arrêter de vouloir autre chose que ce que j'ai, parce que je sais que plein de gens aimeraient être à ma place. J'aimerais bien arrêter de me considérer comme le vilain petit canard que personne n'aime et n'aimera jamais. J'aimerais bien arrêter de me poser des questions tout le temps à propos de tout, vivre ma vie au lieu de l'analyser. L'autre jour, test dans Cosmopolitain, "quel rôle jouez-vous dans votre vie?", il en résulte que je suis la (...)