La bulle de Lili

"Les mots c’est comme des bulles d’air. C’est brillant, c’est doux quand ça passe et après, vous cherchez et y a rien." (Claudette Lawrence)

Toute l'attention du monde

Je suis là, bêtement, à attendre un signe de sa part, un texto, que sais-je, enfin si, je sais, un texto gentil, quoi. Un texto tout court, en fait. Je suis comme d'habitude revenue dans ce cycle de la relation que je décrivais il y a bientôt deux mois. Je m'étais pas rendu compte, mais si si, je suis bel et bien revenue dedans. En plein dedans. Et jusqu'au cou. C'est ma manière de fonctionner, quoi. A chaque texto que je reçois, je sursaute, je me dis que ça doit pas être lui, que je vais être déçue, j'ouvre le texto, effectivement, ça n'est jamais de lui. Je viens d'en (...)

Trois

C'est fou, hein, tout va bien, et puis d'un coup ya une accumulation de petites choses, et pi plus rien ne va. La vision de mon corps tout flasque et bourré de cellulite dans la cabine d'essayage de Décathlon. Je crois que j'étais pas préparée. La portière arrière de la voiture qui décide de ne plus s'ouvrir le jour où je récupère les enfants. Ajoute à ça le pare-soleil de devant qui ne veut plus remonter (il est tout le temps baissé), m'obstruant la moitié du paysage. Le jardinier qui veut des photos de mon jardin avant de me dire s'il est dispo ou pas, pour évaluer le (...)

En coup de vent

J'ai plein de choses à raconter, comme d'hab, et je sais pas pourquoi, j'ai une espèce de retenue à le faire... Peut-être parce que j'ai l'impression de toujours raconter les mêmes histoires, en fin de compte. Bon. Lundi soir dernier, je vois A*, avec qui je discutais pendant un moment. Bar à vins et à tapas, on passe la soirée à discuter, très sympa. Gentil, attentionné... Je le revois mercredi soir chez lui, le courant est bien passé et je suis curieuse de voir ce que ça peut donner. J'y vais avec mes barricades, j'y vais quand même. Il me prépare un dahl, j'adore. On (...)

Weekend

Ce fut un weekend très sympa. Où j'ai pris plaisir à aussi être seule, et ça, ça me fait du bien. Vendredi matin, mal à la tête, aucune énergie : je file au bord de mer profiter des 25 degrés. Je marche une petite heure. Je commence à avoir mon petit rituel, en fait : je me gare, je sors pieds nus de la voiture, je vais sur la plage, je fais l'aller les écouteurs dans les oreilles, les pieds dans la mer, puis je m'assois, face à la mer, je me mets Om Nama Shivaya en regardant la mer, le bleu, les petites vagues, le vent, le soleil, les gens qui passent, et puis je fais le retour (...)

Le sourire

Aujourd'hui a été une journée... riche, intense. Ce matin je me suis réveillée à 5h30. La faute aux trois verres de blanc hier soir, qui m'ont saoulée plus que ce que je pensais. Bon. Je suis réveillée, autant aller bosser. En pyjama à 6h30 devant l'ordi, le genre de trucs qui me fait sourire. A 9h30, je me retrouve dans un atelier pour "recontacter la femme qui est en moi". Je viens avec une idée, et puis je commence à parler d'un truc, à pleurer devant tout le monde, à déposer ce fardeau, on travaille, toutes ensemble, et je ressors de là à 12h30 rincée, mais surtout (...)

Le message

Quand même, je me rends compte que là, pour les deux derniers, j'y ai cru, et à chaque fois, je me suis plantée. Je devrais peut-être arrêter d'être optimiste, de croire que l'univers les met sur ma route, tout ça. C'est bien, tu me diras, que je me rende compte à quel point j'étais tout feu tout flamme. Au début du mois de février, je clamais que j'étais trop bien, dans ma ville, ici, que je m'y sentais enfin chez moi. Que c'était chouette. Tout ça parce que j'étais avec Fl*. J'ai parlé de lui à beaucoup de monde, parce que vraiment, il me plaisait, cette espèce de (...)

En une seconde

Et donc il y a toujours cette espèce de... schizophrénie, hein ? Je suis bien ici, dans ma petite ville de P*. Et puis je pars en weekend, généralement là où il y a mes potes. Et je suis tellement bien, là-bas, avec eux... Le retour est difficile, et le lundi est pourri. Je regarde les billets de train pour repartir le plus vite possible. Je rumine. Je panique, je dis à tout le monde que je suis en dépression. Et puis... Et puis il est 17h, le lundi, et je vais chercher mes enfants. Et là tout s'inverse, de manière assez brutale. Ils m'implantent ici, me font être heureuse (...)

En weekend

Je reviens d'un weekend... oui je pense qu'on peut le dire, c'est un weekend dont je me souviendrais. Jeudi, j'arrive à G*. Je file chez Océane, on déjeune ensemble, puis je passe l'aprem dans leur canapé à lire. Marie m'appelle en sortant du boulot, on sort boire un thé, puis les autres nous rejoignent, petit à petit, et on va en ville prendre l'apéro. Évidemment, j'ai repensé à mes années étudiantes là-bas. C'était chouette. Puis resto bobo, dans la capitale du bobo, avec une carte de burgers déclinable en veggies. MERCI franchement. On se régale, et je retrouve cette (...)

Pourquoi

C'est fou, hier j'étais dehors, au soleil, je me disais que ma vie était belle, ensoleillée, pleine de belles personnes. C'est vrai quoi, mon métier, je l'aime, mes enfants, je les adore (ce sont vraiment les deux plus belles personnes que la Terre ait jamais porté), mes amis sont géniaux et je vis dans une très belle région. Je vais bien, j'ai trouvé un équilibre ici, et surtout, j'ai tout fait toute seule. Hé ouais. Et puis voilà, aujourd'hui c'est mon rendez-vous annuel chez l'oncologue. Rendez-vous qui, je le sais, va durer 5 minutes, durant lequel il va me dire "bah pourquoi (...)

Avec mes cheveux

C'est fou comme quand on décide, en ouvrant les yeux, de chausser ses lunettes roses, tout va bien. La petite méditation que j'ai eu le temps de faire avant que les enfants viennent se glisser dans mon lit. Ma petite A qui me dit "joyeux anniversaire, maman, tu vas le faire à J.S. ?" (la structure de jeux gonflables où on est invités au minimum une fois par mois pour un goûter d'anniversaire). Le soleil qui se lève, et qui brille fort, sans vent, un pur bonheur. Le mail reçu d'une éditrice qui m'annonce du travail à venir, Le mail reçu d'une autre éditrice qui me demande quel nom (...)

...

Et donc me revoilà tout en bas de la roue. Ce F*, là, finalement, comme les autres, ça ne marche pas, je n'y trouve pas mon compte, je suis stressée, je suis pas bien. Et lui il recule, il recule, me dit qu'il ne veut rien de sérieux, qu'il est compliqué, blabla. Et puis... Le boulot. J'ai donc tout lâché ya deux mois en mode "RAF je vais faire que ce qui me plaît". Et je suis retournée bosser quelques jours à mon ancien travail, pour les aider. Et là mon patron m'a sorti le tapis rouge. En gros, il veut que je revienne. Je peux faire le nombre d'heures que je veux et travailler (...)

Et donc voilà

Et donc voilà, ça fait un mois que je me suis mise à mon compte. Cette semaine je devais aller à G* et j'ai finalement annulé. Envie de rester à P*. Tu te rends compte ? Envie de rester chez moi et de profiter d'ici. Ça y est. Je suis bien ici. Je ne savais pas que ça allait arriver comme ça. J'en ai marre de bouger. Non mais est-ce que tu te rends compte ?! Et je suis blindée de boulot. Voilà. C'est à dire que là, je croule sous le travail, je crois que je vais même devoir bosser ce weekend. Et j'en suis heureuse, tu peux même pas imaginer. Hier j'ai appelé ma kinésio, elle (...)

L'issue 9

Donc en fait je crois que dans mes relations "amoureuses" je suis toujours le même schéma. 1. Il me plaît. Mais j'hésite. Mais... ya un truc. 2. On se voit, j'ai des étoiles dans les yeux, on passe une super soirée, on boit du vin, on ne peut plus se détacher l'un de l'autre, je finis la nuit avec lui en me disant "oh merde, j'en ai envie" 3. Je me rappelle pourquoi il ne faut pas coucher le premier soir. Et puis je me dis : avec lui, ça sera différent. 4. Je le quitte au premier matin tout sourire, des papillons dans le ventre à chaque fois que je repense à un truc. Et je me dis : (...)

L'inattendu dans tout ça

Et puis bon, sinon, j'étais là-bas, ce weekend, pour le traditionnel weekend d'anniversaire d'un ami d'enfance. Je crois que ce que j'ai le plus apprécié, ça a été les petits moments inattendus. Les cinq heures de train, le métro, le rendez-vous pro, le repas avec les copains, la distribution de cadeaux, les jeux vidéo, les rires avec les copains où je me dis "mais ya qu'avec eux que je peux rigoler comme ça", je m'y attendais, je le savais. Ce que je n'avais pas prévu, ça a été... Décider d'aller retrouver Romain à Montmartre, sur un coup de tête, avec Marie et Jules, et (...)

Sa main sur ma hanche

Ah et donc je n'ai rien écrit depuis mercredi. Bon. Mercredi soir j'ai été boire un verre avec F, avec qui je discutais depuis une semaine. Je ne m'attendais strictement à rien, il m'avait prévenu qu'il était "blasé". Un verre, deux verres, on change de bar, une bière, deux bières, je l'entends me dire qu'il fonctionne bien au ressenti, donc il sait quand il voit les nanas si ça va coller ou pas, me raconte des rencontres foireuses, et me dit qu'il va arrêter ce site, que c'est trop d'énergie. A ce moment-là je me dis, c'est dommage, on s'entend vraiment tellement bien, ça (...)

Rêve

Un jour de 2009, ou 2010 peut-être. La petite ville où nous habitons accueille un salon littéraire jeunesse. Entendons-nous bien, il s'agit d'un petit salon, nous sommes en province, pas loin de la Provence. Il y a malgré tout quelques éditeurs parisiens qui ont fait le déplacement, et nous accueillons à l'hôtel où je travaille une éditrice. Le soir, quand les clients sont sortis, et que je travaille jusque 23h, une de mes tâches est de passer dans les chambres pour assurer le service de couverture. Je range un peu, je défais le couvre-lit, j'ouvre un peu les couvertures façon (...)

J'ai envie d'y croire

Parce qu'il y a des jours, comme ça, où j'ai juste envie d'y croire. Il y a deux ou trois semaines, j'envoie mon CV à une société de G* pour proposer mes services. J'ai eu une réponse hier. "Nous ne collaborons pas avec des prestataires externes, mais si vous êtes en recherche d'un poste plus fixe, revenez vers nous". Sérieux, les gars ? Mais oui, ça me botte ! Habiter à G*, dans la même ville que mes meilleurs amis, tout ça, c'est le rêve, pour moi. Honnêtement, le rêve, ça serait d'y passer la moitié de mon temps, et l'autre moitié à P*, avec mes petits loups. Tu crois (...)

Recharger les batteries

Ya des jours comme ça, qui me redonnent de l'énergie. Hier, j'ai travaillé, puis j'ai couru chez ma copine M qui fait le même métier que moi, puis j'ai couru au port, retrouver Pat, pour une balade. Et puis on est allés dans une réserve naturelle, en bord de mer. Là, j'ai arrêté de courir. J'ai vu la mer, puissante, belle, avec un bruit fort qui m'a énormément apaisé. J'ai vu le soleil, les petits oiseaux dans les arbres, j'ai vu ce gars qui jouait de la guitare au bord de la rivière, le bocal. On a marché, regardé les coquillages, les cailloux. On a parloté, mais pas trop, (...)

Bienvenue

C'est fou, il suffit de quelques petits trucs pour sentir que les choses reviennent pile à leur place. Depuis quelques jours, je ne saurai pas dire depuis quand, je peux m'attacher les cheveux. Ca va faire trois ans que je ne pouvais pas le faire, et là, ça y est. Bon, j'aurais pu les laisser pousser plus tôt, mais je crois que j'ai eu besoin de ces trois ans, en fait. Là, je les attache avec les élastiques de ma fille, tout colorés, je n'en ai pas encore achetés "à moi". Quand je croise mon reflet dans le miroir, je souris. J'ai l'impression de retrouver la jeune femme que j'étais (...)

Comme une image

Bon alors, qu'est-ce que je vais bien pouvoir te raconter ? Je bloque un peu, ces jours-ci, pour raconter des trucs à mon journal, en fait. Et pourtant j'aimerais bien, parce que j'aime la trace que ça laisse, et j'aime relire mes écrits et me dire : ah ouais, c'était sympa, ça. Je sors de cinq jours sans les enfants. Je crois que je deviens sage. Ou alors, c'est l'hiver qui agit, je sais pas. Premier soir, soirée improvisée en ville avec Clara. On a lancé le concept d'apéro-thérapie. Pat nous a rejointes, puis une amie à Clara avec une copine, puis un autre ami. On se retrouve à (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : juin 2005, juillet 2005, août 2005, septembre 2005, octobre 2005, novembre 2005, décembre 2005, janvier 2006, février 2006, mars 2006, avril 2006, mai 2006, juin 2006, juillet 2006, août 2006, septembre 2006, octobre 2006, novembre 2006, décembre 2006, janvier 2007, février 2007, mars 2007, avril 2007, mai 2007, juin 2007, juillet 2007, août 2007, septembre 2007, octobre 2007, novembre 2007, décembre 2007, janvier 2008, février 2008, mars 2008, avril 2008, mai 2008, juin 2008, juillet 2008, août 2008, septembre 2008, octobre 2008, novembre 2008, mai 2009, juin 2009, juillet 2009, août 2009, septembre 2009, octobre 2009, novembre 2009, décembre 2009, février 2010, mars 2010, avril 2010, mai 2010, juin 2010, août 2010, septembre 2010, octobre 2010, novembre 2010, décembre 2010, avril 2011, mai 2011, juillet 2011, août 2011, septembre 2011, octobre 2011, novembre 2011, décembre 2011, février 2012, mars 2012, avril 2012, mai 2012, juin 2012, juillet 2012, septembre 2012, octobre 2012, novembre 2012, février 2013, mars 2013, avril 2013, juin 2013, juillet 2013, août 2013, septembre 2013, octobre 2013, novembre 2013, novembre 2014, décembre 2014, février 2015, mars 2015, septembre 2015, novembre 2015, janvier 2016, février 2016, mars 2016, avril 2016, mai 2016, juin 2016, juillet 2016, août 2016.